L’affaire Alice Crespy – L’assassin habite dans le 47

Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

La beauté et l’émerveillement que suscitent ses paysages sont tels que la vallée du Douro pourrait bien s’appeler la vallée enchantée pour notre ami Jean-Michel Armand … qui aux dernières nouvelles est tombé littéralement sous le charme d’une criminelle potentielle à Vila Nova de Gaia et de  ses caves où vieillit le porto…

En attendant le retour du héros, écoutons un podcast d’une émission enregistrée sur radiobulleagen le 22 novembre 2016

L’affaire Alice Crespy –  « Nous sommes le 17 janvier 1913 au N° 20 de la rue Fonnouvelle à Agen, à l’ombre du couvent des filles de Marie dans une maison bourgeoise. Un coup de feu claque, un homme s’effondre… c’est un prêtre, l’abbé Chassaing. Suicide ou meurtre ?

La seule témoin de la scène l’affirme, c’est un suicide mais reconnait bien vite que l’homme est aussi son amant. Son nom ? Alice Crespy, poétesse, romancière mais surtout femme fantasque qui, malgré un âge de maturité n’a pas renoncé au grand amour. Alors que tout l’accable, Alice Crespy nie et parle plutôt d’aide à une sorte de suicide altruiste. Son avocat, maître Dauzon de Noyer du barreau d’Agen va réussir le tour de force de convaincre les jurés de l’innocence de sa cliente. »

Âmes sensibles et ennemis de la franche rigolade s’abstenir d’écouter le document sonore …

Par Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

Vous pouvez retrouver également les travaux récents  de Jean-Michel Armand sur Le Lien n°7 mai 2017 : 100 ans de criminalité en Lot-et-Garonne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *