La Guerre de Catherine : pour endurer l’Occupation, traquer le beau dans l’objectif

La photographie peut saisir la beauté et la dignité de tous les hommes, héros comme anonymes, en se glissant dans ce que Catherine appelle joliment « un interstice de la vie dans l’extraordinaire »

Catherine se nomme en vérité Rachel Cohen. Elle a une douzaine d’années lorsque les premiers décrets antijuifs sont promulgués en 1940. Son enfance est flétrie par la traque et les rafles de l’État français. Inspirées par une histoire vraie, Julia Billet et Claire Fauvel racontent, dans La Guerre de Catherine, la bouleversante histoire de cette enfant mûrie par les épreuves qui traverse la période sombre de l’Occupation portée par sa passion pour la photographie. Une magnifique leçon de courage teintée d’une réflexion sur l’art de la photographie, adaptée d’un roman* de littérature jeunesse éponyme.

Pour en savoir plus, lire le billet publié par CAPITAINE KOSACK le 7 juillet 2017 sur le site de Cases d ‘histoire


Vous aimerez aussi...