Patricia Tourancheau, une journaliste entre flics et voyous

Étanche aux propositions de chef de service, Patricia Tourancheau préfère ciseler des papiers et écouter les confidences murmurées autour d’un pastis. « Dans ce milieu, c’est plus difficile pour le journaliste qui ne boit pas ! », plaisante-t-elle. Sous la boutade, elle note pourtant les mutations du métier de flic. « La PJ ne fait plus recette, c’est inquiétant. Longtemps sur un piédestal, elle peine désormais à recruter ». La constatation attriste la journaliste déjà nostalgique du quai des Orfèvres avec ce couloir où ne luira plus le panneau bleu lumineux : « Brigade criminelle ». Le 36 exilé aux Batignolles ? « Il n’y a même pas un bistrot aux alentours », soupire-t-elle…

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de le maine livres


Vous aimerez aussi...