Patricia Tourancheau, une journaliste entre flics et voyous

Étanche aux propositions de chef de service, Patricia Tourancheau préfère ciseler des papiers et écouter les confidences murmurées autour d’un pastis. « Dans ce milieu, c’est plus difficile pour le journaliste qui ne boit pas ! », plaisante-t-elle. Sous la boutade, elle note pourtant les mutations du métier de flic. « La PJ ne fait plus recette, c’est inquiétant. Longtemps sur un piédestal, elle peine désormais à recruter ». La constatation attriste la journaliste déjà nostalgique du quai des Orfèvres avec ce couloir où ne luira plus le panneau bleu lumineux : « Brigade criminelle ». Le 36 exilé aux Batignolles ? « Il n’y a même pas un bistrot aux alentours », soupire-t-elle…

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de le maine livres


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *