L’exil et les barbelés (Colette Berthès)

Parution du livre le 27 janvier 2011 – En ce mois de mars 1939, devant les colonnes de réfugiés espagnols les septfontois sont partagés: curiosité pour tous, méfiance – la plupart – , sympathie, de la part d’une minorité et pour certains une hostilité très forte qui perdurera pendant des années. Le premier convoi- un millier d’hommes environ- arrive en gare de Caussade, le 4 mars. Il est prévu deux trains par jour. Les miliciens sont escortés, tels des prisonniers ou des malfaiteurs par les soldats français «à cheval, avec sabre et mousqueton mais sans cartouche, un soldat tous les vingt cinq mètres ». Ils ont tout perdu; la guerre bien sûr et aussi leurs biens, leur famille et leur liberté, ils n’ont plus nulle part où aller. Le pays de la Révolution Française qu’ils admirent tant, leur offre, pour tout abri, quelques hectares de boue entourés de barbelés. Rien n’est prêt pour les accueillir.

Colette Berthès est née dans le bas Quercy en 1948. Après des études aux Langues Orientales, elle partage sa vie entre le Moyen Orient, Paris et le Tarn et Garonne (Septfonds et Pompignan).

Mille métiers – depuis le central téléphonique de Montauban et la Poste à Paris jusqu’aux services sociaux en passant par la formation, l’usine, le travail auprès de réfugiés politiques, l’animation d’ateliers théâtre et quelques autres… et toujours le militantisme associatif : elle a participé à la création d’un Centre d’accueil pour demandeurs d’asile à Monclar de Quercy et en a été la présidente pendant 8 ans, elle a créé et anime Lutte pour la Justice qui milite pour l’abolition de la peine de mort aux États-Unis et fait partie de France Palestine, association qui se bat pour une paix juste et durable au Moyen Orient.

Elle a écrit de nombreux articles et fait des conférences sur la peine de mort aux États Unis et sur le Moyen Orient et deux livres.

Éditeur Riveneuve


Vous aimerez aussi...