Marie Sidonia de Lénoncourt, l’indomptable marquise de Courcelles

Marie Sidonia de Lénoncourt vers 1680 – par Nicolas de Largillière

Marie-Sidonia de Lenoncourt, fut considérée comme l’une des plus belles femmes d’Europe. Elle est née en 1650, au château édifié par son grand-père, à Marolles-les-Bailly.

Elle décéda en 1685, à 35 ans, au terme d’une vie tragique, illustrant le sort d’une femme prise dans les intrigues de la cour et dans la machine judiciaire de l’époque.

Elle a laissé ses mémoires, véritable plaidoyer destiné à rétablir sa vérité.

Elle a laissé ses mémoires, véritable plaidoyer, dans lesquels elle conte ses déboires. 

Ces Mémoires débutent avec un autoportrait, ce qui était assez rare à cette époque.

« …, je serai fort aise que l’on sache, pour votre honneur et pour le mien, que je suis d’une des meilleures maisons du royaume ; qu’il ne faut qu’avoir lu l’histoire et savoir le nom que je porte pour être convaincu qu’il n’y a point de dignité qui ne soit entrée dans ma famille ; que, du côté de ma mère, je suis plus d’une fois alliée à l’Empire, et que je tiens aux plus grands princes de l’Allemagne.

Pour mon portrait, je voudrais bien le faire sur l’idée que vous en avez conçue, et qu’on voulût s’en rapporter à vos descriptions ; mais il faut dire naïvement ce qui en est : j’avouerai que, sans être une grande beauté, je suis pourtant une des plus aimables créatures qui se voient ; que je n’ai rien dans le visage ni dans les manières qui ne plaise, ni qui ne touche ; que, jusqu’au son de ma voix, tout en moi donne l’amour, et que les gens du monde les plus opposés d’inclination et de tempérament sont d’un même avis là-dessus, et conviennent qu’on ne peut me voir sans me vouloir du bien.

Je suis grande, j’ai la taille admirable et le meilleur air que l’on puisse avoir ; j’ai de beaux cheveux, faits comme ils doivent être pour parer mon visage et relever le plus beau teint du monde, quoiqu’il soit marqué de petite vérole en beaucoup d’endroits ; j’ai les yeux assez grands ; je ne les ai ni bleus ni bruns, mais entre ces deux couleurs ils en ont une agréable et particulière ; je ne les ouvre jamais tout entiers, et, quoique dans cette manière de les tenir un peu fermés il n’y ait aucune affectation, il est pourtant vrai que ce m’est un charme qui me rend le regard le plus doux et le plus tendre du monde ; j’ai le nez d’une régularité parfaite ; je n’ai point la bouche la plus petite du monde, je ne l‘ai point aussi fort grande… »

Pour en savoir plus lire le billet publié par sur le site Troyes-champagnemeridionale


Parution du livre le 7 août 2013 – Cet ouvrage retrace l’histoire romanesque de Sidonia de Lenoncourt, Marquise de Courcelles, pourvue de toutes les grâces de la nature. Cette femme possédait l’art de se faire aimer, bien qu’elle fût très convoitée pour sa fortune. Elle épousa finalement Charles de Champlais, marquis de Courcelles, un homme autoritaire, brutal, cupide et criblé de dettes. Pourtant, Sidonia refusa de baisser la tête et n’accepta aucune domination. Un témoignage d’une femme rebelle et révoltée à lire sans plus attendre.