Elle s’appelait Joséphine Baker…

Elle s’appelait Joséphine Baker, elle avait la peau dorée des métis amérindiens, l’accent chantant et elle faisait tourner les têtes ! Née en 1906 dans le Missouri, puis naturalisée française, la reine du charleston et des nuits parisiennes faisait vibrer la fibre de l’exotisme au plus haut point, mais elle n’était pas seulement une jolie voix dans un corps superbe, elle était avant tout une femme de cœur. Mère dans l’âme, elle adopta douze enfants qu’elle ne pouvait avoir…

Octobre 1925. Roulement de batterie, un coup de cymbales. Elle jaillit sur la scène, nue, une ceinture de bananes autour des reins et le crâne passé au cirage, exécute tambour battant un numéro ébouriffant ! Ce que l’on sait moins, c’est que pendant la guerre, Baker fut un agent français du contre-espionnage et reçut d’ailleurs à la Libération la médaille de la Résistance !

Elle utilisa ensuite sa grande popularité dans la lutte contre le racisme, et pour l’émancipation des Noirs, en particulier en soutenant le Mouvement des droits civiques de Martin Luther King.

Grâce à l’aide d’admirateurs célèbres (Brigitte Bardot, Jean-Claude Brialy puis Grace de Monaco), elle revint sur scène en 1975: nouveau et dernier triomphe à Bobino pour un spectacle qui salua ses 50 ans de carrière. Elle meurt le lendemain de la 14e représentation, le 12 avril 1975, à 68 ans. Chapeau l’artiste ! Merci à Arcānum : Paris Secret & Insolite


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *