Les « bagnes » des Indochinois en Guyane (1931-1963)

Les vestiges du camp de Crique Anguille (mars 2006) – Mars 2006 : Les vestiges du camp de Crique Anguille, affecté aux détenus indochinois, sont aujourd’hui perdus au cœur de la forêt guyanaise. On distingue sur ce cliché des cellules de réclusion, bâties sur le modèle des cellules de l’île Saint-Joseph.Crédit photo : Thomas Sagnimorte www.sagnimorte.info

L’histoire des peines coloniales, déportation, transportation et relégation, improprement confondues sous le terme populaire et générique de bagne, relève tout à la fois de l’histoire des peines judiciaires et de l’histoire coloniale de la France. Le temps de gestation puis de fondation des « bagnes » de Guyane en reste une des illustrations, répétée par la mise en place des « bagnes » de Nouvelle-Calédonie [ Barbançon Louis-José, cf. bibliographie]. Cependant, c’est sans doute la création de « bagnes  » spécifiques pour les Indochinois, au début des années 1930, qui met le plus en relief l’intrication profonde, l’emboîtement serait-on tenté d’écrire, des politiques pénale et coloniale françaises.

Danielle Donet-Vincent, docteure en Histoire, est spécialiste de l’histoire de la transportation coloniale. Elle a été membre du groupe de recherche sur l’histoire des prisons de la troisième République, dans le cadre du séminaire dirigé par Robert Badinter et Michelle Perrot à l’EHESS. Elle a notamment publié La fin du bagne 1923-1953 (Rennes, Ouest-France, 1992) et De soleil et de silences : histoire des bagnes de Guyane (Paris, la Boutique de l’histoire, 2003).

L’intégralité de cet article est disponible est disponible sur le site de la revue Criminocorpus.revues.org/182

Danielle Donet-Vincent, Il était une fois le bagne …

De soleil et de silences. Histoire des bagnes de…. Danielle Donet …


Vous aimerez aussi...