Belle-Ile-en-Mer : prison politique (1848-1858)

« Nous nous proposons dans cet article d’étudier le mode de fonctionnement de la prison de Belle-Île-en-Mer, de 1848 à 1858, dans ses liaisons avec les divers acteurs de l’ordre social : ministères, préfectures, personnel pénitentiaire, commissaires, juges, gendarmes et militaires et, à partir des réactions des intéressés, de leurs initiatives aussi, de réfléchir à la mise en place d’un système carcéral copié sur celui des droits communs mais en grande partie autonome parce que son statut et ses buts ne sont pas nécessairement les mêmes.

Nos sources sont triples :

– les archives départementales du Morbihan et les archives nationales pour l’échange de correspondance entre les divers échelons de l’ordre administratif, policier et judiciaire.

– Les récits du temps et les souvenirs vécus, seuls moyen de connaître de l’intérieur les réactions des prisonniers ; outre les correspondances éparses de Barbès et de Blanqui, nous disposons des Mémoires et Souvenirs de Sébastien Commissaire, des Souvenirs d’un prisonnier d’État sous le Second Empire, de Jean-Baptiste Boichot, du Journal d’un transporté de Charles Delescluze et des Mémoires de Ferdinand Gambon1. Les études plus ou moins récentes faisant le point sur tel ou tel aspect de la question ; le fond constitué par la Bibliothèque de 1848 et, antérieurement par le bulletin intitulé La Révolution de 1848, nous a été très précieux… »

Pour en savoir plus lire le billet publié par Jean-Yves Mollier dans la revue Criminocorpus.revues.org/2660

Notes de la rédactionCet article a été publié une première fois en 1987 dans « Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au XIXe siècle », Société d’Histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1987, p. 185-211.

Jean-Yves Mollier : Professeur des universités en histoire contemporaine (Institut d’études culturelles et internationales, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines).


Vous aimerez aussi...