Les prisons de Romans-sur-Isère

Les prisons, que nous appellerons nouvelles prisons, étaient situées à l’emplacement actuel de la place Ernest Gailly, côté sud, juste en face des anciennes prisons appelées Mont-Ségur.

A l’origine, le Mont-Ségur était une forteresse construite au XIIIè siècle par le Chapitre de Saint-Barnard, sur la partie la plus élevée de la ville, contre le premier rempart (au pied de la porte de l’Aumône, aujourd’hui tour Jacquemart) pour lui servir de refuge en cas de rébellion de la part des habitants. C’est pourquoi on lui donna le nom de Mont-Ségur qui signifie Mont de Sûreté. Le 31 juillet 1344, elle devint la prison publique et le Chapitre en nommait le châtelain et le geôlier.

Dans un courrier adressé le 1er octobre 1819 à la préfecture de la Drôme, le maire de Romans-sur-Isère considère que le Mont-Ségur “présente tous les inconvénients que la décence et l’humanité ont proscrits dans le régime des prisons depuis l’instruction de l’Assemblée Constituante du 20 août 1790.”

Il est alors décidé de construire des nouvelles prisons sur l’emplacement de l’ancien cimetière et de la chapelle de Sainte-Foy qui, datant du XIè siècle, avaient été désaffectés le 10 février 1793. Pour libérer un espace plus important, la ville achète aussi les maisons de messieurs Chatillon, Régnier, Trouillier, Reynaud et Duc par une convention du 30 juin 1822…

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de Romanshistorique.fr/romans-sur-isere-les-prisons


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *