« Plutôt partir au bagne que de crever à Fontevraud !»

A gauche. En haut, au total, près de 150 gardiens se relayaient jour et nuit pour veiller sur les détenus. En bas, les détenus de la prison de Fontevraud passaient l’essentiel de leurs journées à travailler dans des ateliers : menuiserie, rempaillage de chaise, filature ou encore tissage. Photo de droite, vue aérienne de l’Abbaye de Fontévraud à l’époque où elle abritait la prison centrale. Aujourd’hui, plus de 80 % des bâtiments carcéraux ont disparus. | © Fonds CRHCP/ENAP – CRHCP et B. Ménard

Tony FABRI. – Ouverte voilà tout juste 200 ans par Napoléon, l’ancienne prison de Fontevraud était considérée comme l’une des plus dures de France, jusqu’à sa fermeture en 1963.

« Je préfère partir au bagne que de crever à Fontevraud se disaient entre eux les prisonniers », raconte Bertrand Ménard, l’auteur de Encore 264 jours à tirer, un ouvrage consacré à l’ancienne prison de Fontevraud, ouverte il y a tout juste 200 ans.

C’était au mois d’août 1814, dans les murs de l’ancienne abbaye récupérée par l’État français après la Révolution. Sur ordre de Napoléon 1er, les immenses bâtiments monastiques, datant du XIIe siècle, avaient alors été transformés en cellules, dortoirs, et autres ateliers.

Conçu pour accueillir 1 000 détenus, la prison recevra jusqu’à 2000 prisonniers, dans les années 1830. Très vite, « elle est considérée comme la prison la plus dure de France après celle de Clairvaux (Aube) », construite à la même époque et encore en activité aujourd’hui…

Pour en savoir plus sur le site Ouest-france.fr/pays-de-la-loire


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *