Haute Voltige (Ingrid Astier)

Parution du livre le 9 mars 2017 – «Combien d’apocalypses peut-on porter en soi? »

Aux abords de Paris, le convoi d’un riche Saoudien file dans la nuit. Survient une attaque sans précédent, digne des plus belles équipes. «Du grand albatros» pour le commandant Suarez et ses hommes de la brigade de répression du banditisme, stupéfaits par l’envergure de l’affaire. De quoi les détourner un temps de leur obsession du Gecko – une légende vivante qui se promène sur les toits de Paris, l’or aux doigts, comme si c’était chez lui, du dôme de l’Institut de France à l’église Saint-Eustache…

Derrière l’attaque sanglante, quel cerveau se cache? Le butin le plus précieux du convoi n’est pourtant ni l’argent ni les diamants. Mais une femme, Ylana, aussi belle qu’égarée. Ranko est un solitaire endurci, à l’incroyable volonté. Mais aussi un homme à vif, atteint par l’histoire de l’ex-Yougoslavie. L’attaque du convoi les réunit. Le destin de Ranko vient irrémédiablement de tourner. Son oncle, Astrakan, scelle ce destin en lui offrant un jeu d’échecs. Le jeu de Svetozar Gligoric, le grand maître qui taillait ses pièces dans des bouchons de vin. Et lui demande de se battre – à la boxe et aux échecs, pour infiltrer le monde de l’art et dérober ses plus belles œuvres à Enki Bilal, le célèbre artiste. La guerre et l’amour planent comme des vautours.

De la police, d’une femme ou du destin, qui est capable de faire chuter Ranko ?

Ingrid Astier – Haute voltige – YouTube

Ingrid Astier est normalienne, agrégée de Lettres et toquée de cuisine.

Elle mène une carrière impressionnante : Prix Strasbourg 1993 pour un mémoire rédigé en allemand intitulé « Rencontre avec Brecht et sa modernité », agrégée de littérature moderne et professeur de littérature à Paris VII, elle publie en 1999 une nouvelle, Face à faces, au Mercure de France, et obtient le prix du jeune écrivain.
En 2005, elle est embauchée comme cuisinière sur le tournage du film de Damien Audoul.

Elle cultive son penchant pour la littérature et la cuisine et pratique la gourmandise – verbale – en publiant les Exercices négatifs de Cioran chez Gallimard (2005). Elle est aussi l’auteur du Goût du chocolat et du Goût du thé, au Mercure de France (2007) et de nombreux articles, notamment dans le Dictionnaire culturel de la langue française d’A. Rey.

Après le chocolat, le thé et la rose, elle publie en 2009 un ouvrage consacré au goût des parfums, quatrième volume de la série Le goût de… Elle écrit également sur le safran, le chocolat et la vanille, sans oublier l’excellent Cuisine inspirée (Agnès Vienot, 2007), dans lequel, mêlant portraits de chefs et d’artistes, elle évoque saveurs et souvenirs, et réussit l’anti-livre de cuisine parfait !

Avec « Quai des enfers », publié en janvier 2010 dans la collection Série Noire de Gallimard, Ingrid Astier fait son entrée dans l’univers du polar. Ce premier « policier », sélectionné pour le Prix du Roman Noir 2010 (BibliObs-Le Nouvel Observateur), nous plonge dans les ventres obscurs de la Seine, théâtre de sombres meurtres. Elle obtient le Prix Polar en plein cœur, le Prix Lafayette, le Grand prix Paul-Féval de littérature populaire de la Société des gens de lettres et le Prix Sylvie Turillon pour ce policier.

En 2013, elle obtient le Prix Calibre 47 pour « Angle mort »… 5Ingrid Astier (auteur de Quai des enfers) – Babelio°

Collection Série NoireThrillers, Gallimard


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *