Les détenues de Saint-Lazare en 1800 (Le Moniteur Universel du 25 ventôse an 8)

« En 1800, la prison de St-Lazare, destinée à enfermer les femmes condamnées par sentence du tribunal criminel du département de la Seine, en contenait près de 800. Elles y étaient toutes rassemblées dans des ateliers différents, selon la nature des occupations auxquelles elles étaient employées, sous les yeux d’une surveillante qui leur distribue le travail, qui reçoit, contrôle leur ouvrage, et qui tient état du gain de chacune,car chacune d’elles a un ouvrage distinct,et son profit plus ou moins grand, ne dépend que de sa propre adresse et de sa propre activité.

Le cardage et la filature de laines, le cardage et la filature de coton au rouet et à la machine, la couture, le tricot, la broderie composent l’ensemble des ouvrages qui se font dans cette maison. Chaque détenue est employée à celui auquel elle se croit le plus propre et qu’elle préfère, autant que le permettent les commandes des entrepreneurs et des particuliers qui fournissent du travail à cette maison. Chacune, avant d’entreprendre un ouvrage, sait quel salaire elle doit en obtenir. Les marchés faits par la surveillante en chef avec ceux pour qui la maison travaille, sont connus de toutes les détenues. Ainsi nulle possibilité de fraude de la part des surveillantes, ni nulle inquiétude de la part des prisonnières d’être trompées. chaque mis le compte de leur gain est fait contradictoirement : un tiers leur est remis en argent ; un tiers est réservé, pour leur être délivré à la fin de leur détention ; un tiers reste au profit de la maison, et contribue à en payer les dépenses.

http://lionel.mesnard.free.fr/Ressources/z0-st-lazare.GIFLa plus grande propreté règne dans les ateliers et sur les personnes des détenues : leur maintien est décent. Comme elles sont traitées avec justice et douceur, elles sont respectueuses et soumises. La réclusion dans une chambre particulière où elles sont tenues au pain et à l’eau, est la seule punition de leurs fautes, et elles l’encourent rarement. Leur nourriture ordinaire est suffisante et bonne, leurs dortoirs bien aérés. Elles couchent seules dans des chambres qui ne contiennent jamais un grand nombre de lits ; elles y sont enfermées dès qu’il fait nuit, et n’ont pas la possibilité d’y entrer dans le cours de la journée, – Une infirmerie aussi propre que celles des hospices de Paris les mieux tenus, reçoit les malades. Vingt-cinq est leur nombre commun, et l’on aura une idée suffisante de la propreté maintenue dans cette maison, en sachant que la gale, maladie commune dans les prisons, n’existe pas dans celle-ci ; les nouvelles venues étant soigneusement examinées avant d’être remises avec les autres, et traitées s’il y a lieu. Le local de cette maison est spacieux et bien distribué.

Une surveillante en chef a l’inspection générale sur tous les ateliers et sur les surveillantes ordinaires qui les président ; elle règle les travaux, fait les marchés, et remet à l’économe le produit des ouvrages faits par les détenues. C’est une ancienne sœur de la Charité, que l’on dit avoir toutes les vertus si familières aux sujets de son ancien ordre ; elle se nomme la citoyenne Bernard. Les autres surveillantes sont des citoyennes appartenant à des familles honnêtes et d’une conduite éprouvée.

L’économe est chargé de toutes les dépenses de la comptabilité. Il distribue chaque mois aux détenues, le tiers qui leur revient du produit de leur travail et tient pour chacune le compte le plus exact et le plus détaillé, du tiers qui doit leur être remis à l’expiration de leur sentence. Il est délivré un double à chacune de celles qui le désirent ; mas la confiance des prisonnières, dans les officiers de la maison,est telle que bien peu le demandent. Le nom de l’économe est le citoyen David ; il n’est pas rare que celles, surtout employées à la couture, gagnent douze à quinze francs par mois, c’est-à-dire qu’elles augmentent par mois leurs masses de quatre à cinq francs, en ayant à l’instant la jouissance d’une somme pareille.-la maison reçoit du travail de qui veut lui en confier, et les ouvrages à l’aiguille (sic) les plus délicats ne sont faits, dans aucun autre lieu, plus promptement  et à meilleur marché.

Le concierge à la police de l’établissement. C’est un homme intelligence, actif, doux, vigilant, plein d’humanité, bien supérieur par son éducation et ses manière aux concierges ordinaires des prisons ; c’est un homme enfin (et que devraient être tous ceux chargés de cette espèce de fonction dans un pays où l’on sent le devoir et la nécessité de faire des maisons de détention, des lieux d’amélioration pour les détenus, et la justice de rendre le sort ce ceux-ci aussi doux que la privation de la liberté, et l’ordre général peuvent le permettre. Le nom du concierge est le citoyenBoissen.

Parmi les femmes condamnées et détenues dans cette maison; il n’en n’est qu’un bien petit nombre qui le soient pour des cimes ; la plupart d’entre elles le sont pour case de complicité, c’est-à-dire, pour s’être trouvées avec des filous, des voleurs qu’elles pouvaient ne pas connaître pour tels, par qui elles avaient été séduites, et dont généralement elles avaient été les dupes et les victimes ; beaucoup d’entre elles ont été condamnées au-dessous de l’âge de 18 ans ; il en est, et en assez grand nombre, qui l’ont été à 15 à 14, même à 13 ans, et qui le sont pour quatorze années . Les livres de la prison contiennent le compte de la conduite de chaque détenue… »

Source : Le Moniteur Universel du 25 ventôse an 8


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *