Note du Juge Petit de Troyes sur les événements de la nuit du 15 au 16 mai 1970 à la centrale de Clairvaux

Note du Juge Petit (juge d’application des peines du tribunal de grande instance) de Troyes sur les événements de la nuit du 15 au 16 mai 1970 à la centrale de Clairvaux (tentative d’évasion sévèrement réprimée) et leurs conséquences …

« … Dans la nuit du 15 au 16 mai 1970, six détenus tentaient de s’évader de la maison centrale de Clairvaux. L’un d’eux, qui avait à sa disposition une clé de cellule réussissait en outre à monter dans sa cellule la veille au soir une perceuse se trouvant normalement dans l’atelier où il travaille. Au cours de la nuit, il perçait une ouverture dans la porte de la cellule et réussissait à l’ouvrir de l’extérieur avec la clé en sa possession, et il ouvrait la cellule de cinq de ses camarades. Ils réussissaient ensuite à gagner une bouche d’égout qui était simplement recouverte de terre et d’un tas de bois et parvenaient ainsi dans la dernière enceinte de la Maison centrale, mais entre temps l’alerte avait été donnée en raison de bruits suspects perçus par un surveillant des miradors et les détenus étaient repérés dans les égouts avant d’avoir pu sortir des égouts par la grille qui les clôt lorsqu’ils parviennent à la dernière enceinte. Pour les intimider, les vannes qui retiennent le ruisseau qui emprunte le passage de cet égout furent levées et certains surveillants émirent l’idée de noyer les détenus. Ceux-ci sentant le danger et craignant pour leur vie décidèrent de se rendre. Leur seule arme était une barre de mine qu’ils remirent avant même de sortir des égouts… »

Pour en savoir plus lire le billet publié sur Horstfantazzini.net/clairvaux


Vous aimerez aussi...