Bretons en Afghanistan

Groupe d’Afghans dans la Kapisa. Wikicommons.

Dire que le livre que publie le colonel Stéphane Bras à propos de son expérience en Afghanistan en 2010 à la tête d’un détachement de gendarmerie appelé Police Operational Mentoring and Liaison Team est de ceux qui marquent est une évidence1. Nous avions déjà beaucoup apprécié les souvenirs du sergent Tran Van Can lors de leur sortie2, volume présentant la vision d’un chef de groupe de combat du 21e RIMA et offrant donc une vision au ras du champ de bataille. Le propos du colonel Bras est lui situé à un échelon de hiérarchie plus élevé, délivrant dès lors un regard légèrement différent mais ô combien intéressant, surtout lorsque replacé dans le temps long. Car, et c’est sans doute là ce qui rend cet ouvrage aussi passionnant, c’est au prisme de la Première Guerre mondiale que nous avons lu ces captivants souvenirs…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Erwan LE GALL sur le site En envor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…

 

Témoignage sur l’engagement français en Afghanistan, mais il s’agit cette fois d’une mission différente de celles qui ont déjà fait l’objet d’une publication. L’ancien chef d’une centaine de gendarmes français envoyés sur place pour aider à la reconstitution et accompagner une police afghane devenue inexistante livre ici ses souvenirs.

La mission s’inscrit dans le cadre des POMLT (Police Operational Mentoring and Liaison Team), acronyme désignant les équipes chargées de former et d’aider la police nationale. Reconnue pour sa solide formation et son grand professionnalisme, la gendarmerie française était sans doute la mieux placée pour apporter ce concours. Dans un premier temps, Stéphane Bras présente la préparation de sa mission en métropole, les hommes, les équipements, la préparation opérationnelle au cours des mois qui précèdent (les quelques lignes sur l’entraînement au tir dans les années 1990 dans l’armée de terre semblent un peu exagérées, il y a bien longtemps que l’engueulade n’est plus un moyen pédagogique d’enseigner le tir, au moins chez les chefs qui respectent leurs hommes et leurs missions…). Au printemps 2010, c’est le grand départ, avec la découverte d’un pays et d’un environnement totalement nouveaux, qui nous sont présentés (y compris dans l’organisation des forces internationales et avec quelques exemples sur les réticences américaines à l’égard des Français, mais les relations entre chefs militaire et gendarme tricolores ne sont pas toujours au beau fixe) à partir du chap. 3, puis l’installation sur les bases et dans les villes où doivent être déployées les équipes. Il insiste ensuite sur quelques particularités de la culture afghane et l’environnement humain auquel ses hommes sont désormais confrontés. C’est ensuite une description de la police afghane, dans ses forces et ses faiblesses (la question de la corruption endémique est évacuée en quelques lignes, comme « un facteur culturel » parmi d’autres) et dans son organisation, puis l’explication précise du mandat des POMLT, rarement développée. La dernière partie, à partir du chap. 5, est consacrée au récit des missions effectivement conduites par grands types et de façon pratiquement chronologique, dans un cadre très largement militarisé. Pas une opération de perquisition pour un délit de droit commun : la contribution gendarmique à la sécurité du pays s’inscrit dans le cadre de la lutte contre les Taliban. Vient enfin, à la fin du livre, le temps du bilan et les rencontres avant le départ dans la capitale afghane (« Les rumeurs courant sur la belle vie à EUPOL m’ont semblé plausibles »).Le livre se termine fort heureusement par un index des sigles et par une bibliographie indicative assez complète. Un beau et riche témoignage, rare encore, qui apporte une vraie plus-value à notre connaissance du conflit en centrant le regard sur le rôle et la place de la gendarmerie dans une opération de ce type, même si l’on peut regretter que l’auteur passe rapidement sur bien des difficultés, incohérences et disfonctionnements, à peine évoqués.

Stéphane Bras est saint-cyrien (promotion « Capitaine Hamacek », 1989-1992). Après son retour d’Afghanistan, il a pris en 2011 la tête du groupement de gendarmerie du Finistère…

Editions ANOVI, 2015, 183 pages


Vous aimerez aussi...