L’espion d’Alger (Nabil Benali)

Publication le 11 août 2017 – 1607. Dans l’Alger des corsaires barbaresques, une mission de rédemption des esclaves chrétiens veut à tout prix faire libérer Alexander, l’homme sans lequel Maria ne rentrera pas en Espagne. Son père, don Miguel, sollicite Mansour, le turjman personnel du Pacha d’Alger afin de hâter les choses. Simple transaction à conclure ? Pas du tout ! Pas dans cette cité où l’amour et la guerre ne sauraient vivre l’un sans l’autre…

Nabil Benali : Auteur de « L’espion d’Alger »

Éditeur : Independently published

Fiction et ressources documentaires
Ecrire malgré les spécialistes de l’Histoire ?

« Je ne suis pas historien, mais auteur de fictions. Je ne prétends donc pas pouvoir proposer un point de vue académique ou argumenter en faveur d’une thèse scientifique, mais juste tenter de partager mon expérience dans l’écriture du roman historique.

Désirant raconter une histoire d’espionnage qui se passe dans l’Alger de la Régence turque et des corsaires barbaresques, j’ai naturellement consacré plusieurs mois à un intense travail documentaire, le genre exigeant une connaissance parfaite de l’époque- et même du quotidien de l’époque. Un écrivain de romans historiques doit, ce n’est qu’une image bien sûr, être capable sur le champ de se fondre parmi les gens de l’époque dont il parle si une machine à remonter le temps pouvait l’y emmener. Dans le cas de la Régence d’Alger, notamment la fin du XVe et le début du XVIe siècle, je me suis bien vite retrouvé au milieu d’un maquis de production historique qu’il n’était absolument pas évident de débroussailler. Et pour cause ! … »  Pour en savoir plus avec l’autorisation de l’auteur L’espion d’Alger : un livre particulièrement bien documenté


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *