Détective, fabrique de crimes ? Une nouvelle exposition sur Criminocorpus.

Une nouvelle exposition vient d’être portée sur Criminocorpus. Elle reprend en partie l’exposition Détective fabrique de crimes ? organisée à la Bibliothèque des Littératures Policières (BiLiPo) du 20 janvier au 31 mai 2017.

En 1928, Détective, lancé par Gallimard grâce à l’aide des frères Kessel, prétend être le premier hebdomadaire de faits divers, à la fois journal et magazine : chaque jeudi, la petite fabrique de crimes alimente les kiosques de ses numéros sanglants pour des lecteurs venus chercher leur dose d’énigme et d’horreur. Ses photographies impressionnent, ses reportages passionnent, ses signatures prestigieuses (Carco, Mac Orlan, Kessel) attirent. Détective devient l’atelier où se forge une certaine vision de la France criminelle des années trente et où certaines affaires emblématiques (les sœurs Papin, la parricide Violette Nozière, Stavisky) sont exposées au public. Véritable succès de vente pour les éditions Gallimard mais aussi cible numéro 1 des critiques qui condamnent son immoralité et son manque de fiabilité, le journal ne laisse pas indifférent.

Mais que connaît-on vraiment de son histoire ?

Exposition réalisée par Amélie Chabrier, Catherine Chauchard, Marie-Eve Thérenty

Édition en ligne : Jean-Lucien Sanchez

Accéder à l’exposition.


Vous aimerez aussi...