Robes noires, années sombres (Liora Israël)

Parution du livre le 31 août 2005 – « Ignoré de l’historiographie et absent des analyses sociologiques, l’engagement d’avocats et de magistrats dans la Résistance se révèle pourtant un sujet passionnant pour qui veut comprendre à la fois les années sombres et le rôle politique de la justice dans l’histoire contemporaine de la France.

Au-delà de l’exemple souvent évoqué du juge Didier, qui refusa de prêter serment au Maréchal, des dizaines d’avocats et de magistrats choisirent d’entrer dans l’illégalité alors que leur profession les associait à l’application de la loi. Avocats organisateurs de filières vers l’Angleterre, juges d’instruction détruisant certains de leurs propres dossiers, substituts du procureur contribuant à l’évasion de leurs détenus, juristes praticiens associés à leurs collègues du monde académique dans la rédaction de textes démontrant l’illégalité de Vichy : ce sont quelques-uns des aspects de cette résistance qui sont ici reconstitués à l’aide d’archives jusque-là délaissées.

Réinscrivant la période de l’Occupation dans une socio-histoire des milieux judiciaires allant de l’entre-deux-guerres à la fin des années 1940, ce livre éclaire d’un jour nouveau les relations entre droit et politique. L’étude de la résistance d’avocats et de magistrats révèle les potentialités d’action de ces professionnels, dont la force subversive apparut à travers ceux qui choisirent la dissidence au sein d’une institution judiciaire dotée d’un rôle central dans la répression mise en oeuvre par Vichy. Elle propose aussi une interprétation nouvelle de l’engagement résistant, grâce aux outils de la sociologie de l’action collective. Soumis aux mêmes contraintes que leurs compagnons d’armes d’autres secteurs (clandestinité, recrutement, risque, secret, communications difficiles…), magistrats et avocats durent néanmoins trouver les ressources nécessaires à l’invention d’une action clandestine spécifique, fondée en particulier sur le droit et ses institutions. L’exemple de la résistance judiciaire démontre également que la portée politique du droit ne doit pas être négligée dans l’histoire du combat entre Vichy et la Résistance, qui peut être relu comme un affrontement entre des définitions et des mises en oeuvres rivales de la légalité et de la légitimité politique.

Liora Israël est maîtresse de conférences en sociologie à l’EHESS depuis 2006, secrétaire du bureau de L’EHESS.

Ancienne directrice adjointe du CMH (2010-2014), elle est membre de l’équipe PRO. Elle a été visiting scholar au Center for the Study of Law and Society de l’Université de Berkeley (Californie) du 15 août au 31 décembre 2014. Elle a créé avec Corentin Durand l’Ouvroir de Sciences Sociales Potentielles de l’EHESS (Ouscipo).

Après une thèse consacrée à la résistance dans les milieux judiciaires sous Vichy publiée en 2005 sous le titre Robes noires, années sombres aux Éditions Fayard, elle s’intéresse aujourd’hui aux mobilisations politiques du droit dans les années 1970. Elle a récemment travaillé sur la place du droit dans la formation des élites (dans le cadre du projet Elidroit. La formation au droit des élites du privé et du public depuis 1958. Quels savoirs juridiques pour quels modes de gouvernement ? Programme ANR « Gouverner, administrer », 2009-2012) et a participé à la coordination d’un réseau international de recherche soutenu par la Law and Society Association (IRC 08 « Legal Education »). Elle coordonne actuellement au sein du CMH un programme de recherche intitulé « Droit, mobilisations, discriminations », financé par le programme Émergence(s) de la ville de Paris… Pour en savoir plus sur Liora Israël | EHESS


Vous aimerez aussi...