La discipline au bagne colonial. Les relégués collectifs au pénitencier de Saint-Jean du Maroni, Guyane française (Jean-Lucien Sanchez)

« La loi sur la relégation des récidivistes, promulguée le 27 mai 1885, entraîne l’internement à vie de condamnés récidivistes sur le sol d’une colonie de l’empire français. Ces hommes, condamnés en majorité pour des vols simples ou des délits de vagabondage commis en récidive, sont frappés par une loi qui s’articule autour de deux volets. Le mécanisme de la relégation vise tout d’abord à soustraire définitivement du sol de la métropole et de

Reléguécertaines colonies des individus considérés comme incorrigibles au regard de la science pénitentiaire, c’est-à-dire comme des individus dangereux que la pénalité classique, l’emprisonnement, ne parvient plus à amender. La multiplicité de leurs délits commis en récidive souligne leur irréductibilité et par là la nécessité de se débarrasser d’eux en les éloignant définitivement d’une société où ils n’ont pas leur place. En contrepartie, l’enjeu de la relégation est de permettre à terme à ces hommes de s’établir sur le sol de la Guyane, d’y obtenir un lopin de terre à y faire prospérer et de participer ainsi au développement de l’empire colonial français (…) ».

Lire la suite de l’article de Jean-Lucien Sanchez publié dans la revue Criminocorpus, dossier « Les bagnes coloniaux ».

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *