Les noms de Maria : la clandestinité

Manifestation du 1er mai 1968 à São Paulo• Crédits : © Brasil Nunca Mais. Source : Código de Referência: BR UNICAMP IFCH/AEL BNM.

Fuite, arrestations, torture… Sur France Culture, le récit passionnant d’une Brésilienne qui s’engagea contre la dictature militaire en 1964, et vécut quarante-deux ans dans la clandestinité.

Maria est née au Brésil en 1951, elle y a vécu jusqu’en 1982, date à laquelle elle a émigré en France. Maria, c’est la seule partie de son nom qui n’a jamais changé. Des deuxièmes prénoms et des noms de famille différents sont venus s’y ajouter selon les identités qu’elle a eues au cours de sa vie. La première, celle de sa naissance, puis celles d’après 1969, au moment où, en pleine dictature militaire au Brésil, l’étudiante en art, la caricaturiste de presse et militante communiste a dû entrer en clandestinité. Clandestine d’identité, elle l’est restée pendant plus de 40 ans, au Brésil puis en France. L’expérience de l’exil, de la fuite, de la persécution, a été celle de nombreux Brésiliens et Brésiliennes sous la dictature militaire qui a duré de 1964 à 1985. Celle de 42 ans de clandestinité est une histoire bien particulière…

Une histoire particulière, un récit documentaire en deux parties

le samedi et le dimanche de 13h30 à 14h

Pour en savoir plus lire le billet publié le 2 septembre 2017 sur Les noms de Maria : la clandestinité – France Culture


Vous aimerez aussi...