Cognes, hommes noirs et grenades blanches : les enjeux de la représentation des gendarmes de la Grande Guerre

Henry Fournier, « Le laissez-passer », La Baïonnette, no 58, 10 août 1916, p. 508.

La Première Guerre mondiale est assurément une des périodes les plus noires de l’histoire de la Gendarmerie. Aux yeux des combattants, l’arme, absente lors des combats, se résume à ses missions hautement impopulaires de surveillance et de répression de la troupe. « Embusqué » du fait de ses attributions, le gendarme est tenu pour un lâche. À cheval sur un règlement jugé trop strict par des hommes exposés à la mort, il se rend odieux. Le « cogne » devient alors une figure expiatoire de toutes les tensions du front, présente tant dans la littérature que dans la caricature. Mesurant l’étendue du préjudice moral que la durée de la campagne entreprend de lui porter, la Gendarmerie tente à son tour d’allumer des contre-feux, en mettant en avant ses épisodes combattants ou ses missions les plus valorisantes. C’est donc à une véritable bataille des images que se livrent, avant même l’issue de la guerre, tenants et adversaires de la Gendarmerie de 14-18…

Louis Panel en 2003 : titulaire d’une licence d’histoire de l’art, a soutenu à l’université Paris IV, en 2001, sous la direction de Jean-Noël Luc, une maîtrise intitulée Gendarmerie, prévention des suspects et lutte contre l’espionnage (1914-1918), qui a obtenu le Prix littéraire de la gendarmerie 2002. Il est actuellement chercheur au SHGN et élève à l’École du Louvre. Il prépare, à Paris IV, un DEA sur La Gendarmerie dans la Grande Guerre. Il a notamment publié Gendarmerie et contre-espionnage pendant la Grande Guerre, préface de Stéphane Audoin-Rouzeau…

Sociétés & Représentations 2003/2 (n° 16) Pages : 130

Pour en savoir plus et lire le texte intégral sur Cairn.info/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *