Paris, sur les traces de la prison de la Force entre 1780 et 1850 (Balades ludiques à pied dans Paris)

Vestige de la Petite Force. Mur mitoyen de l’hôtel Lamoignon. Angle rue Pavée-rue Malher

Juillet 2016. Nous vous avons présenté la prison Mazas qui était face à la gare de Lyon. Pour cette seconde chronique sur les prisons disparues, nous avons choisi de vous parler de La Force dont le nom au XIXe siècle était devenu synonyme de prison.

L’hôtel de La Force a été construit au XVIe siècle dans un ancien palais ayant appartenu à Charles d’Anjou, frère de Saint Louis. Il passera entre différentes mains mais c’est le duc de Caumont La Force qui lui donnera son nom. L’hôtel fut partagé en deux parties. La partie abritant l’hôtel de Brienne est rachetée en 1780 par Louis XVI pour y installer une maison de détention moderne. La Grande Force puis la Petite Force vont ainsi être les deux dernières prisons ouvertes par l’ancien régime afin de répondre aux souhaits des hygiénistes. Elles laissent entrer la lumière, l’air. Les cachots sont en surface. Un revirement important dans le traitement des prisonniers, la Révolution est proche.Thénardier s’en évade dans Les misérables de Victor Hugo, Lucien de Rubempré s’y pend dans la Comédie Humaine de Balzac, Eugène Sue l’a décrite dans les Mystères de Paris. La Force fait figure de prison romantique bien sinistre et fatale. Les prisonniers parlent de la lorcefée ou lorcefé, lorceffe. Elle sera démolie en 1851 et permettra l’ouverture de la rue Malher. Il subsiste des pans de murs à l’arrière du bâtiment de la caserne rue de Sévigné et rue Pavée, un mur jouxte la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris …

Pour en savoir plus sur le site Nautesdeparis.fr/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *