La fabrique des tueurs de masse

TUOL SLENG GENOCIDE MUSEUM, PHNOM PENH, CAMBODGE – Portraits de prisonniers de S-21

Comment en arrive-t-on à commettre l’innommable ? Cette question qui hante tout notre XXe siècle, Françoise Sironi se la pose en psychologue clinicienne (Comment devient-on tortionnaire. Psychologie des criminels contre l’humanité, La découverte, 2017). Elle a été missionnée par la justice pénale internationale pour faire l’expertise psychologique de Douch, l’ancien parton du sinistre camp S 21 à Phnom Pen qui avait la particularité de torturer et d’exécuter les anciens responsables politiques du régime Khmer rouge.

Dans son ouvrage, elle y interroge comment des hommes en apparence communs peuvent devenir des tueurs de masse…

Matières à penser avec Antoine Garapon par Antoine Garapon

Pour en savoir plus lire le billet publié le 31 août 2017 par Franceculture.fr/

On est d’abord submergé d’épouvante. Duch, chef du camp S-21 au Cambodge à l’époque des Khmers rouges, est responsable de la torture et de la mort dans des conditions atroces de plus de 13 000 personnes. Et pourtant, il faut aller au-delà de la sidération pour comprendre ce qui s’est joué entre un individu ne souffrant d’aucune pathologie mentale et un régime responsable de la mort de deux millions de personnes sur une population totale de sept.

C’est le travail auquel s’est livré Françoise Sironi, chargée de l’expertise psychologique de Duch au cours de son procès à Phnom Penh. Depuis vingt-cinq ans, elle soigne des patients victimes de tortures, de massacres, de déportations forcées, de crimes de masse. Mais il ne suffit pas de prendre en charge les victimes, il faut aussi comprendre la fabrication des bourreaux, « entrer dans leur tête ». Comment sont-ils devenus des êtres « désempathiques », déshumanisés, capables du pire ?

Pour cela, la psychologie doit se réinventer, se situer à l’intersection de la vie psychique et de la géopolitique. Les Khmers rouges avaient créé l’Angkar, une organisation mystérieuse que chacun devait servir et que l’on nourrissait de sacrifices humains. C’était un « système perpétuel », une théopathie sacrificielle s’épurant en permanence.

Pour déconstruire la mécanique d’un système à la fois psychique, politique et social, Françoise Sironi, grâce aux ressources de la psychologie géopolitique clinique, de l’ethnopsychiatrie et de la schizo-analyse, aux travaux d’Hannah Arendt, de Georges Devereux, Tobie Nathan ou Gilles Deleuze et Félix Guattari, nous donne de nouveaux outils non seulement pour comprendre comment l’impensable est arrivé, mais aussi comment déjouer les projets des futurs systèmes criminels susceptibles de nous menacer.

Pour lire un extrait sur calameo.com

Françoise Sironi est psychologue, maître de conférences à l’université Paris-8 et expert auprès des tribunaux internationaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *