Ce qui ne fut pas (Boris Savinkov)

Parution du livre le 17 octobre 2017 – Pour Apollinaire, Boris Savinkov était « notre ami l’assassin ». Terroriste russe au chômage, il hantait Paris, Nice et San Remo dans les années 1910 et écrivait en attendant un hypothétique retour à l’action révolutionnaire.

Après Le cheval blême (1909), roman qui se présentait comme le journal intime d’un terroriste tourmenté par l’idée du meurtre, Ce qui ne fut pas (1914) développe les mêmes thèmes et problèmes éthiques sous la forme d’une fresque d’ampleur tolstoïenne. Elle est ici donnée dans une traduction entièrement revue et corrigée par Michel Niqueux – réalisant en cela un projet d’Albert Camus, que passionnait l’œuvre de Savinkov quand il écrivait Les justes et L’homme révolté.

C’est le grand roman de la révolution trahie de 1905, répétition générale de celle de 1917 – elle aussi trahie. À travers l’histoire de trois frères, Savinkov y dépeint Moscou insurgé et la campagne russe immobile, les atermoiements du Parti socialiste-révolutionnaire, mais surtout l’infiltration de tout un mouvement par l’Okhrana, la terrifiante police secrète tsariste. Feuilleter

Editions Prairial

Photographie à la une, bande défilante : Boris Savinkov took part in the revolution against the old regime, and held office in the Kerensky government, but as a Social Revolutionary party member, rebelled against the Bolsheviks as well, for which he was arrested and tried…Plus


Vous aimerez aussi...