La guillotine, une invention humaniste ?

Le 24 février 1977, Hamida Djandoubi arrive à son procès par un tunnel relié à la prison d’Aix-en-Provence. Il fut le dernier condamné à mort exécuté en France, le 09 octobre 1977 à Marseille• Crédits : GERARD FOUET – AFP

« Guillotin était effectivement un médecin des Lumières, un médecin en tout cas philosophique, car comme on l’a très vite dit après, il proposait, et je cite de mémoire, ‘de faire monter la roture à la noblesse du billot, plutôt que de faire descendre la noblesse à la honte du gibet’. » Daniel Arasse

10 septembre 1977 : le Tunisien Hamida Djandoubi, 28 ans, est exécuté par guillotine à la prison des Baumettes, à Marseille. Condamné pour viol et assassinat, il est le dernier condamné à mort en France. Imaginé par le docteur Guillotin en 1789, l’instrument de mort réussit ce paradoxe d’être « une perfection dans l’art de la mort tout en condensant des idées de civilisation, de modernité et d’humanité« , ainsi que le formulait la documentariste Anice Clément. C’était en octobre 1997, dans une émission de France Culture (Lieux de mémoire) consacrée à la guillotine…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 9 septembre 2017 sur le site de France culture


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *