« Pablo Escobar, trafiquant de cocaïne » traduit en Finlandais

C’est avec le plus grand plaisir qu’AMLAT découvre la traduction en Finlandais de Pablo Escobar, Trafiquant de Cocaïne (2015), publié en France aux Editions Vendémiaire et donc maintenant disponible dans une très belle édition reliée chez Art House, sous le titre Hopeaa Vai Liyijyä, Kukaiinikuningas, Pablo Escobarin Elämä, soit L’argent ou le plomb, Pablo Escobar, trafiquant de cocaïne.

Malheureusement, nos piètres connaissances en cette charmante langue ne nous permettent pas d’ apprécier toute la qualité de cette traduction mais nous souhaitons à nos nouveaux lecteurs, en espérant ne pas nous tromper, une hyvä lukeminen !!! Thierry Noel

___________________________________________________________________________________________________________________

ob_c48747_couv-pabloescobarInvité par le Cercle Aristote, Thierry Noël, historien et spécialiste de l’Amérique latine, est venu présenter son ouvrage « Pablo Escobar, trafiquant de cocaïne ». 20 ans après sa mort , l’auteur revient sur le périple de ce baron de la drogue.

Pour en savoir plus Pablo Escobar – le monstre de Medellin

« Pablo Escobar, Trafiquant de cocaïne » par Thierry NOËL (Vendémiaire, 2015) : Communication pour Criminocorpus – Hypotheses

Alors que la série Narcos sur Netflix s’annonce comme un grand succès de la rentrée télévisée, le récent ouvrage de l’historien et latino-américaniste Thierry NOËL, « Pablo Escobar, Trafiquant de cocaïne » (éditions Vendémiaire, 2015) fournit l’occasion de revenir sur la vie et la carrière d’une des personnalités les plus emblématiques de l’Amérique latine contemporaine.

Pas à pas, depuis ses débuts de petit délinquant jusqu’à sa consécration à la tête du milieu trafiquant de Medellín, la deuxième ville de Colombie, puis à travers la longue traque dont il est l’objet de la part des autorités et qui se conclue par sa mort en décembre 1993, l’auteur nous propose la biographie détaillée de celui qui reste comme le plus célèbre narcotrafiquant de son époque : l’approche, historique et dûment documentée, fait fi des nombreux mythes et légendes accompagnant traditionnellement le sujet. Le récit, écrit dans un style vivant, riche en anecdotes glaçantes, dresse un portrait sans concession mais néanmoins captivant de Pablo Escobar et de son milieu. On y croise toute une galerie de personnages non moins sinistre mais tout aussi pittoresque, constituée par ses collègues narcotrafiquants, ses paramilitaires ou guérilleros et bien sûr les représentants de la loi ou hommes d’état, certains honnêtes mais pour d’autres souvent corrompus. S’ajoute à cela le jeu des états de la région et en particulier des Etats-Unis, dont le rapport au narcotrafic, en pleine Guerre Froide, se révèle pour le moins ambigu.

L’histoire qui nous est contée est faite de violence et de corruption, sur le mode du fameux « Plata o plomo », l’argent ou le plomb, slogan auquel Escobar reste associé. La mort y est omniprésente, à travers les règlements de compte, les tueries, attentats et autres massacres qui ponctuent les guerres entre narcos autant que celles qu’Escobar mène contre les autorités et l’État colombien. Le patron comme on l’appelait est un homme prêt à tout, sans foi ni loi, quitte à faire sombrer la société colombienne avec lui. Mais on y découvre aussi un Escobar père de famille attentionné ainsi qu’un homme aux prétentions philanthropiques et politiques : on le voit ainsi multiplier les œuvres sociales aux bénéfices des plus démunis ou prenant la tête d’une prétendue croisade contre l’impérialisme américain, source encore aujourd’hui du culte dont il fait l’objet dans certaines secteurs de la société colombienne. A la fois « monstre » brutal et séducteur, Escobar est un personnage complexe aux multiples facettes, régnant sur un empire international qui dépasse largement les simples limites de la Colombie ou même de l’Amérique latine. On comprend mieux dès lors, la fascination et l’intérêt dont il peut encore faire l’objet plus de vingt ans après sa mort.

Enfin, au-delà de la biographie et de l’anecdote, c’est tout un pan de l’histoire d’Amérique latine et de notre monde contemporain qui se révèle à nous, plein de violence et de contradictions, et dont Escobar ne fut, selon les mots de l’auteur, que le terrible révélateur et le catalyseur.

Docteur en histoire, avec une thèse sur l’armée bolivienne (1952-1985), Thierry Noël a passé plus de quinze ans en Bolivie notamment en enseignant l’histoire-géographie au lycée franco-bolivien de La Paz

Lien utile sur le blog :

Thierry Noël : un historien français retrace la vie mouvementée de Pablo Escobar


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *