Violette Morris, parcours d’une scandaleuse

 

 

 

Vitesse, excès, émancipation, lesbienne, parisienne, sportive, débauche, luxure, Années Folles sont autant de mots qui, assemblés, évoquent une créature née de la gestation de nouveaux idéaux diffusés dans les années 10 par les mouvements féministes : la Garçonne. Cette femme nouvelle, moderne, s’émancipe des hommes, ne porte plus de corset, emprunte au vestiaire masculin ses pantalons confortables et pratiques, fume comme un homme, a les cheveux courts et gominés.

Publié par Claire Lemesle le 2 décembre 2015 dans CollectionsDu côté des Gallicanautes

Pour en savoir plus sur le site de Gallica.bnf.fr

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

violettemorrisNée à Paris en 1893, Violette Morris s’est d’abord illustrée comme estafette sur le front pendant la Grande Guerre, puis comme sportive de haut niveau, notamment en course automobile où elle gagna le Bol d’Or en 1927 devant des concurrents masculins. Mais en 1930, la Fédération féminine sportive de France la condamne pour  » mauvais exemple aux jeunes filles « . Marginalisée, Violette fréquente les artistes, se fait couper les seins et s’installe avec sa compagne sur une péniche. Un homme venu la menacer y meurt sous les coups d’une arme à feu… Acquittée pour légitime défense, elle n’en devient pas moins une femme dangereuse, réputation qu’elle justifie en fréquentant les milieux collaborationnistes et allemands sous l’Occupation. A la tête d’un garage réquisitionné par la Luftwaffe tout en se livrant au marché noir, elle est accusée d’être agent de la Gestapo. Sa fin tragique sous les balles de la résistance normande en 1944 scelle le destin d’une figure hors norme qui n’a pas pu trouver sa place dans la France de l’entre-deux-guerres. Mal connu, objet d’une légende noire, le  » dossier Violette Morris  » méritait d’être rouvert. Une enquête minutieuse dans les archives des services secrets de la France libre, de la police, des procès en cour de justice de la Libération, et auprès des témoins en Normandie ne conclut pas à sa culpabilité. Et si Violette Morris incarnait tous les démons refoulés d’une époque ?

Historienne et historienne de l’art, Marie-Josèphe Bonnet est l’auteur de : Les Relations amoureuses entre les femmes du XVIe au XXe siècle (Odile Jacob, 1995), Les Femmes artistes dans les avant-gardes (Odile Jacob, 2006) et Les Voix de la Normandie combattante (Ouest-France, 2010). Elle travaille sur l’Occupation et la Résistance depuis plusieurs années, tout en poursuivant ses recherches sur l’art et le féminisme.

  • Date de parution : 10/03/2011
  • Éditeur : Perrin

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Parution du livre en février 1994 – Née à Paris en 1893, Violette Morris se signale très tôt par un physique hommasse. Très tôt aussi, elle découvre les  » amitiés particulières ». A 14 ans, elle se lance dans le sport et accumule les records dans plusieurs disciplines. En 1936, elle est contactée par les Services secrets allemands. Conquise par les fastes du Ille Reich, elle se charge de « démanteler » les réseaux de la Résistance, après avoir monté une vaste filière de correspondants à travers toute la France.

Et elle devient ainsi la première responsable de nombreux crimes politiques crapuleux. Mais le 26 avril 1944, elle tombe elle-même dans un guet-apens…

Auteur : Neaumet Jean-Emile

Editions : Fleuve noir

Collections : Crime story N° 28

______________________________________________________________________________________________________________________

Parution du livre le 16 septembre 1999 – Exclue de participation aux Jeux Olympiques pour cause de  » port du costume masculin « , désespérée, Violette Morris, championne pluridisciplinaire, se fait couper les seins et perd son procès contre les instances sportives.

Christian Gury, né en 1950, avocat à la Cour d’appel de Paris et essayiste, est l’auteur de plusieurs ouvrages de droit et d’histoire littéraire.

____________________________________________________________________________________________________________________

Incroyable histoire que celle de Violette Morris. Athlète omnisport, ce garçon manqué fut ensuite pilote automobile avant de sombrer dans la barbarie nazie…

Violette Morris, la hyène de la Gestapo

Présentation de l’éditeur :  Espionne au service de l’Allemagne nazie à partir de 1936, puis responsable de secteurs dans les organigrammes de la Gestapo de la rue des Saussaies à Paris de 1942 à 1944, créatrice de contre-réseaux d’infiltration dans la Résistance, Violette Morris avait connu auparavant la gloire sur les stades, et s’était comportée héroïquement sur le front d’Artois en 1915 en tant qu’ambulancière, puis à Verdun en 1916 comme estafette. Cette personnalité étrange, fascinante, bisexuelle, représenta la France dans les compétitions sportives entre les années 1912-1935. Championne de France et du monde des lancers, footballeuse internationale, également brillante en natation, water-polo, cyclisme, boxe, championne de rallyes automobiles, vainqueur du Bol d’Or, de Paris-les-Pyrénées-Paris (2 fois), du Grand Prix de San-Sébastian, elle devint une figure du Tout Paris. Mais c’est son activité d’espionne fascinée par l’ordre nazi qui demeure dans la mémoire historique. Chargée par la Gestapo sous l’Occupation de juguler les réseaux anglais du S.O.E., elle causa tant de pertes aux Britanniques que l’I.S. la condamna à mort. Tortionnaire sadique de patriotes, elle tomba sous les balles des maquisards normands du groupe Surcouf en avril 1944. Ainsi finit celle qu’Auguste Le Breton, qui l’avait bien connue lors de son incursion dans le milieu en 1940-1941, avait surnommée  » La hyène de la gestapo « . Un document étonnant sur un personnage hors du commun et monstrueux.

Raymond Ruffin, historien, biographe, romancier, critique littéraire, chroniqueur pour Historia, Historama, Connaissance de l’Histoire, Les Dossiers de l’Histoire et Histoire pour tous, a écrit une quinzaine d’ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale, et particulièrement sur l’Occupation et la Résistance. Plusieurs de ses livres ont été couronnés par l’Académie Française. Parmi ses nombreux ouvrages publiés, La vie des Français au jour le jour 1944-1945, La Résistance normande face à la Gestapo.

Éditeur : Le Cherche Midi (25 mars 2004)