Le fort Vauban de Fouras (Charente-Maritime), dernière escale avant la Nouvelle-Calédonie

« En août 1871, le fort Vauban de Fouras (Charente-Maritime) devint une prison provisoire pour quelque cinq cents Communards, dans l’attente pour la plupart de leur déportation en Nouvelle-Calédonie. Le musée régional de cette station balnéaire, située entre Rochefort et La Rochelle, évoque brièvement le souvenir de cet épisode. Depuis le bombardement de Saint-Martin-de-Ré en 1696, jusqu’au débarquement sur l’île d’Aix en 1809, la France connaît des attaques fréquentes de la flotte anglaise sur la côte atlantique. Pour s’en prémunir, elle hérisse le littoral de l’Aunis et de la Saintonge d’une ceinture de forts de l’île de Ré à l’île d’Oléron, destinés à protéger notamment l’embouchure de la Charente et l’arsenal de Rochefort. Mais les progrès de l’artillerie aux XVIIIe et XIXe siècles rendront ces citadelles obsolètes, d’où leur transformation en prisons.

Dès 1871, vingt-huit mille Communards furent transférés dans des ports militaires français, dont cinq mille cinq cents pour le seul arrondissement maritime de Rochefort. A titre de comparaison, ils furent cinq mille cinq cents à Cherbourg, treize mille à Brest et quatre mille à Lorient. Malheureusement, les archives maritimes de ces villes ont été détruites par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, à l’exception de celles de Rochefort, où les registres d’écrou ont été conservés… »

Pour en savoir plus lire le billet publié par John Sutton le 5 avril 2012 sur le site de Commune 1871

Criminocorpus a besoin de vous ! – Criminocorpus

 


Vous aimerez aussi...