Alexandre Jacob : de l’anarchiste au gentleman cambrioleur

Le genre biographique est décidément en vogue chez les auteurs de bande dessinée historique. Vincent et Gaël Henry nous prouvent à nouveau, si besoin est, l’efficacité du genre, en brossant le portrait d’un anarchiste au tournant du siècle dernier, Alexandre Jacob.

« La Belle Epoque » : c’est sous ce nom que sont passées à la postérité les quelques années qui marquent la fin du XIXe siècle et le début du XXe, avant que la Première Guerre mondiale ne vienne brusquement mettre fin à cette période que l’on dit dorée. L’image que l’on en retient est de fait celle d’un moment de paix politique permise par le consensus républicain, et d’une société qui se modernise, profitant d’une économie fleurissante qui tranche avec les années difficiles de la Grande Dépression (1873-1896). Mais c’est aussi la grande période de l’anarchisme, avec des épisodes particulièrement marquants, comme l’assassinat de Sadi Carnot, alors président de la République, par l’Italien Santo Caserio le 24 juin 1894…

Pour en savoir plus lire le billet publié par PAULINE DUCRET le 25 janvier 2016 sur le site Cases d’ histoire

PaulinePauline Ducret : ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Paris et agrégée d’histoire. A côté de sa thèse d’Histoire romaine (Université de Paris 8 et Università di Trento), elle aime lire de la bande dessinée, en parler et suivre les recherches récentes sur le sujet.

Alexandre Jacob. Vincent Henry (scénario) et Gaël Henry (dessin). Sarbacane. 160 pages.

 


Vous aimerez aussi...