« Aux marges du royaume. Violence, justice et société en Picardie sous François Ier » – Isabelle Paresys

Parution du livre le 1er novembre 1998 – Comment la justice fonctionne-t-elle aux marges frontalières d’un royaume, et plus largement comment s’y construit l’obéissance au souverain ? En ces territoires, le lien avec le souverain n’est peut-être pas le même qu’ailleurs. Voici une piste de recherche que se propose de suivre cet ouvrage en prenant pour terrain d’étude la Picardie, marge septentrionale du royaume de France sous François Ier, particulièrement menacée par le conflit franco-anglo-impérial en cette première partie du XVIe siècle. On conserve pour cette zone frontalière des archives du pardon royal aux criminels et, dans le domaine de la répression, celles d’Amiens, ville où l’échevinage exerce alors la justice. Il apparaît en ces temps troublés que la violence des Picards est tolérée par le souverain qui pardonne de très nombreux homicides en octroyant des lettres de rémission. De leur côté, les autorités amiénoises essaient de contrôler, par l’exercice d’une justice active, un ordre urbain de plus en plus ébranlé dans une conjoncture qui se dégrade. Mais par-delà le rapport entre la justice et le territoire, l’ouvrage aborde des thèmes que les sources judiciaires mettent particulièrement en valeur et qui permettent de reconstituer les comportements des hommes de la Renaissance au quotidien. Il s’agit par exemple du rapport à l’espace : aires de déplacement, lieux de sociabilité, habitat mais aussi espace-temps. À travers les manifestations de la violence homicide, on voit apparaître le thème de l’image de soi. Il s’agit tout d’abord de l’honneur, qui y tient une place importante et touche autant les vilains que les gentilshommes. On voit aussi se dessiner l’image que donnent d’eux-mêmes les Picards justiciables, celle de frontaliers en état d’alerte permanent, attachés au  » pays de Picardie  » et au roi de France. L’image de soi renvoie en outre à celle des autres, celle de la parenté par exemple, à la fois solidaire et conflictuelle, celle des justiciers et celle de redoutables hommes de guerre qui sillonnent alors ces marges du royaume.

Sommaire : 

  • L’HOMICIDE PARDONNE : DU CRIME AUX SOLIDARITÉS
    • Acteurs et action
    • Une question de temps et d’espace
    • Autour de l’honneur et de la parenté : tensions et solidarités
  • AUX MARGES DU ROYAUME, AMIENS : UNE JUSTICE AU QUOTIDIEN (1510-1550)
    • La justice en marche : manières de procéder d’une justice urbaine
    • L’arsenal judiciaire amiénois face à la délinquance
    • L’ordre amiénois
  • JUSTICIABLES, JUSTICE ET CONSTRUCTION DE L’OBÉISSANCE AUX FRONTIÈRES DU ROYAUME
    • Parcours de criminels d’après les récits de pardon
    • Frontière, justice et image de soi en Picardie sous François Ier

Isabelle Paresys est maître de conférences à l’Université de Lille où elle enseigne l’Histoire Moderne. Ses recherches se consacrent à l’histoire des comportements et à l’histoire de la culture matérielle à la Renaissance. Enseignements – Isabelle PARESYS – Université de Lille


Vous aimerez aussi...