L’histoire méconnue des instruments de musique spoliés par les nazis

Des prisonniers du camp de Drancy en train de charger des pianos spoliés à des familles de déportés , © Bundesarchiv

Les instruments de musique et documents musicaux spoliés par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale n’ont pas fait l’objet du même effort de recherches que les autres œuvres d’art. L’association « Musique et spoliations », initiative inédite, tente de réparer cette injustice.

Les objets d’art spoliés par les nazis et retrouvés des années plus tard ont beaucoup fait parler d’eux. On peut citer l’incroyable trésor que cachait un octogénaire dans son appartement de Munich, 1 406 œuvres d’artistes renommés confisqués à des familles juives pendant la guerre. Il y a notamment eu des films comme Monuments men ou La Femme au tableau pour populariser ces recherches auprès du grand public. Mais quid des instruments de musique et des documents musicaux ? L’association Musique et spoliations, récemment créée par deux femmes dont Pascale Bernheim, fait de leur identification sa vocation. Elle travaille depuis longtemps dans le milieu culturel, notamment au musée du Louvre ou pour de nombreux festivals de musique et fondations. L’objet de cette association est la suite logique de son engagement artistique, reconnaît-elle…

Pour en savoir plus lire le billet publié  le jeudi 21 septembre 2017 par Victor Tribot Laspière sur le site de France musique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *