Henri Dorgères ou le fascisme en chemises vertes (Thomas Perrono)

Henri Dorgères lors d’une conférence, en 1937. CRédits: Gallica/BNF, Meurisse, 37 1 77/1.

« Dans l’entre-deux-guerres, la Bretagne rurale se trouve plongée en plein doute. Depuis près d’un demi-siècle, la fin des industries traditionnelles – la toile notamment – et la persistance d’une natalité élevée débouchent sur un exode rural vers les villes bretonnes mais aussi Le HavreParis ou Trélazé. La Grande Guerre aussi joue aussi son rôle avec quelques 130 000 Bretons qui y perdent la vie. La majorité d’entre eux sont des ruraux enrôlés dans l’infanterie. Ces circonstances déstabilisent également l’Eglise qui se pense comme la gardienne d’une vision traditionnelle d’une Bretagne rurale, catholique et conservatrice. C’est dans ce contexte qu’un homme – né pourtant hors de Bretagne –réussit à y créer un puissant mouvement politique catalysant la colère paysanne, pour la muer en un véritable « fascisme rural »… »

Pour en savoir plus lire le billet publié par Thomas PERRONO sur le site Enenvor.fr

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *