Debout dans le Tonnerre ( Pierre Pelot)

Parution du livre le 5 octobre 2017 – Dans leur dos le soleil s’écrasait sur les crêtes méandreuses des forêts, au-delà de la grande rivière Saint-Louis — également appelée Mississippi.

Elles venaient de loin, haut sur la rive est du fleuve, hâlées eût-on dit par l’élan sans fin déployé des eaux brunes, d’un endroit qui ne portait plus son nom premier sinon pour un nombre réduit de gens, et si ce nombre avait été paravant important, il était désormais descendu dessous celui des morts ayant connu le lieu, ceux qui y avaient vécu à un moment, fût-ce un instant écorché dans le lit du temps, ceux qui n’avaient fait qu’y passer sans véritablement s’y attarder, et puis ceux qui en avaient perdu jusqu’au moindre relent de souvenance passées d’autres routes promptement prises dans une hâte égale à celle d’oublier.

Elles marchaient, leur allure ajustée au déroulé ininterrompu des fronces et plissés du courant boueux. 

Deux femmes blanches. 

Depuis plusieurs jours et nuits, plutôt de nuit et plutôt au revers des chemins et des pistes que sur leur dos franc, marchant. Elles n’avaient pris le fleuve qu’à deux occasions, une première sur une sorte de radeau de troncs trouvé en délaissement au talus de la berge et qui s’était disloqué sous leur agenouillement racrapoté moins d’un mile anglais plus bas, la seconde fois dans une barque à fond plat manœuvrée à la perche par un nègre efflanqué, que sa présence solitaire faisait paraître tel une excroissance incongrue à peine vivante dans l’épaisseur étranglée du paysage végétal, « vêtu » d’une malheureuse chemise trouée de toutes parts, couverte de vase séchée, sans même un caleçon, et qui tremblait tellement d’effroi après les avoir laissé monter à son bord ( n’avoir pas pu les en empêcher ) qu’il en avait presque aussitôt échoué son embarcation contre un embâcle de cyprès chauves morts hérissant le bord de rive.

Pierre PELOT
Crédit photo : © (o)Matthieu Cugniot

Pierre Pelot est né en 1945 dans les Vosges. Extrêmement prolifique, il est l’auteur de près de 200 ouvrages (sous son nom propre ou sous divers pseudonymes) dans des genres très différents.

Nourri de cinéma et d’illustrés, ayant appris énormément sur l’histoire des Etats-Unis, Pierre Pelot se lance dans une carrière littéraire en adoptant tout d’abord son genre de prédilection : le western. Son premier roman, La Piste du Dakota, paru au début de l’année 1966, se déroule dans les Etats-Unis du lendemain de la guerre de Sécession. Si les années 1960 sont celles du western, de la série Dylan Stark, la décennie suivante est celle de la science-fiction, du fantastique et du roman dit « de terroir ».

A partir de 1972, Pierre Pelot s’impose peu à peu comme un maître français de la science-fiction et du fantastique. Il reçoit le Grand Prix de la Science-Fiction française pour Delirium Circus et le Grand Prix du Festival de Metz pour Transit. Il dénonce une société policière qui contrôle ses citoyens, en particulier dissidents ou marginaux, tous les exclus du système.

Les années 80 sont celles du roman noir : La Nuit sur terre, La Forêt muette et L’Été en pente douce, adapté au cinéma en 1987. Pierre Pelot consacre ensuite du temps à des scénarios télévisuels, à la peinture, au théâtre… Il rédige aussi une très longue et très documentée publication de cinq tomes, un cycle de « paléofiction », Sous le vent du monde, rédigé avec la collaboration scientifique d’Yves Coppens.

En 2003, il publie son chef-d’oeuvre, une impressionnante saga historique, C’est ainsi que les hommes vivent, Prix Erckmann-Chatrian, Prix de la Feuille d’or. Les critiques sont élogieuses, la presse dithyrambique, et l’écrivain s’impose désormais à tous. En 2006, il reçoit le prix Amerigo Vespucci pour son roman L’Ombre des voyageuses.

Traduit dans plus d’une quinzaine de langues, il est avant tout un écrivain populaire et se définit volontiers comme un « raconteur d’histoires ».

Éditeur : Héloïse d’Ormesson


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *