Un plaidoyer pour l’histoire : le dernier message du général Bach

« Disparu en mai, à l’issue d’une longue et cruelle maladie qu’il a affrontée avec un courage admirable, le général André Bach – qui a dirigé à Vincennes, pendant plusieurs années, le Service historique de l’armée de terre – était un collaborateur de La Nouvelle Revue d’Histoire et nous lui sommes reconnaissants des encouragements qu’il nous a toujours prodigués. Il n’a pu, malheureusement, terminer les recherches qu’il avait entreprises à propos des mutineries de 1917 – un domaine dans lequel son expertise était reconnue par toute la communauté historienne – mais fort d’une érudition impressionnante, il a énormément apporté à notre connaissance de la guerre de 1914-1918. Il nous a adressé, quelques semaines avant sa mort, un texte dans lequel il faisait un bilan critique des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale. Il s’y inquiétait également de l’avenir de la science historique et de la transmission de notre mémoire nationale aux jeunes générations »…

Pour en savoir plus lire le billet publié en juillet 2017 sur le site de Nrh


Vous aimerez aussi...