L’empoisonneuse Marie Bourette et sa « haine de vieille fille »

L’arrestation de Marie Bourette dans Le Petit Journal supplément du dimanche du 9 janvier 1910 – Source : BnF RetroNews

EN 1910, LA PRESSE SE PASSIONNE POUR LE PROCÈS DE MARIE BOURETTE, DONT LA JALOUSIE PATHOLOGIQUE A COÛTÉ LA VIE À UN JEUNE TÉNOR EN PLEINE ASCENSION.

De la diabolique marquise de Brinvilliers à Hélène Jegado, la serial killeuse à l’arsenic, la figure de l’empoisonneuse a traversé les siècles (voir notre article, Une petite histoire de l’empoisonnement).

En 1910, un nouveau cas est jugé aux Assises de la Seine : Marie Bourette, 40 ans, comparaît pour un crime à l’arsenic.

L’affaire fait d’autant plus de bruit que la victime est un jeune ténor belge, Jules Godart, surnommé « le Grand Blond » et promis à un avenir glorieux – il s’apprêtait à jouer le rôle de Siegmund dans La Walkyrie de Wagner pour l’Opéra de Paris et venait de signer un contrat au Metropolitan Opera de New York …

Pour en savoir plus lire le billet publié par Marina Bellot le 10 octobre 2017 sur le site de Retronews.fr


Vous aimerez aussi...