Victor Hugo : « Partout où la peine de mort est prodiguée, la barbarie domine »

Exécution au Canada• Crédits : Wikimedia Commons

Victor Hugo et Albert Camus, écrivains abolitionnistes dont la seule arme fut la littérature, ont épousé le « je » d’un condamné à mort, manière la plus efficace qui soit de montrer l’inhumanité profonde de cette pratique dite civilisée.

Une conférence enregistrée en septembre 2017.

Agnès Spiquel, professeur émérite de littérature française à l’Université de Valenciennes. Agnès Spiquel s’est consacrée d’abord à Victor Hugo et au romantisme, puis à Albert Camus, son oeuvre, ses engagements, ses rapports avec l’Algérie.

Pour en savoir plus lire le billet publié le 11 octobre 2017 sur le site Franceculture.fr/conferences


Vous aimerez aussi...