Le Goulag, la chair et les chiffres

Des prisonniers des camps des îles Solovki lors de la construction du canal de la mer Blanche, au début des années 30. Des milliers de travailleurs forcés sont morts sur ce chantier. Photo Laski Diffusion. Getty Images

20 millions de détenus, 4 millions de morts : dans leur ouvrage, Luba Jurgenson et Nicolas Werth entremêlent témoignages d’internés et rapports de l’administration. Ce rapprochement inédit apporte une compréhension aussi sensible qu’historique.

Il y a cent ans a eu lieu la révolution d’Octobre 1917 (1). Avant de célébrer la date, il faut ouvrir le Goulag, l’ouvrage que viennent de publier Luba Jurgenson et Nicolas Werth. L’ouvrir à n’importe laquelle de ses 1120 pages, et lire les témoignages des «zeks», les détenus de l’immense système concentrationnaire soviétique. Lire aussi, comme en miroir, les rapports de l’administration qui s’intercalent. Les uns sont faits d’émotions, les autres d’informations. Mais cette frontière se brouille quand on rapproche les uns et les autres. Le trouble saisit autant à lire les textes dépouillés de l’écrivain rescapé Varlam Chalamov que les rapports dans leur brutalité asséchée. On dira que l’histoire du Goulag est connue, mais ce collage entre littérature et textes administratifs, ce frottement de deux regards radicalement différents sur une entreprise dont le but affiché était de «changer l’homme» fait surgir une réalité bouleversante…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Philippe Douroux le 18 octobre 2017 sur le site de Libération

Parution du livre le 5 octobre 2017 – Le Goulag n’est pas seulement le système concentrationnaire le plus long et le plus vaste du XXe siècle. Acteur essentiel de la vie économique soviétique des années 1930-1950 qui encadre la mise en valeur des territoires  » inhospitaliers  » et, en même temps, puissance administrative qui supplante dans certains cas les organes locaux du Parti et les soviets, il représente un univers en soi avec ses propres logiques et sa  » culture  » souterraine. Un univers à la fois caché et omniprésent, dont les prémices sont posées dès les années 1920 et dont la postérité s’étend jusqu’à nos jours.

Connexe mais différent, le monde des déportés spéciaux constitue, lui aussi, une réalité spécifique – et encore peu connue – des violences staliniennes.

Ces deux modes de répression fondés sur le déplacement et le travail forcés, frappant des individus ou des populations entières, sont ici révélés dans toute leur ampleur grâce à des documents d’archives inédits en français et à des témoignages littéraires d’une force exceptionnelle.

Luba Jurgenson, professeur de littérature russe à Paris-Sorbonne, auteur notamment de L’expérience concentrationnaire est-elle indicible ? (Le Rocher, 2003), Le Goulag en héritage (avec Élisabeth Anstett, Petra, 2009), maître d’oeuvre de l’édition française des Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov (Verdier, 2003), a dirigé le dossier  » Chalamov et Soljenitsyne  » du no 1 de Mémoires en jeu (sept. 2016).

Nicolas Werth, directeur de recherches au CNRS (Institut d’histoire du temps présent), auteur en particulier de L’Île aux cannibales (Perrin, 2006), La Terreur et le DésarroiStaline et son système (Perrin, 2007), L’Ivrogne et la Marchande de fleurs. Autopsie d’un meurtre de masse, URSS 1937-1938 (Tallandier, 2009) et La Route de la Kolyma (Belin, 2013), a codirigé la monumentale Histoire du Goulag stalinien en 7 volumes parue en russe à Moscou en 2004.

Éditeur : Bouquins

Collection : Bouquins


Vous aimerez aussi...