Le maestro, à la recherche de la musique des camps : Le dimanche 19 novembre 2017 à 22h35 dans « La case du siècle » (France 5)

Parution du livre le 12 octobre 2012 – À Barletta, ville du sud de l’Italie, un homme fascinant redonne vie à des musiques oubliées. Depuis plus de vingt ans, Francesco Lotoro, pianiste de formation, recherche puis enregistre avec un orchestre local les oeuvres composées plus ou moins clandestinement dans les camps de la Seconde Guerre mondiale. Cet obstiné de 47 ans, aidé de sa femme et d’une poignée d’amis, a archivé plus de 4 000 partitions, parfois inachevées ou parcellaires. Symphonies, opéras, chansons folk, choeurs religieux, mais aussi swings ou musique rom : les artistes emprisonnés n’ont jamais renoncé à leur liberté créatrice, quitte, pour certains, à le payer de leur vie.

L’auteur propose un livre original et d’une grande richesse sur ce sujet méconnu. Les chapitres sur le Maestro et ses aventures parfois rocambolesques alternent avec ceux consacrés à une quinzaine de musiciens martyrs, de toutes nationalités, de toutes confessions.

Le lecteur découvre ainsi des personnages d’exception : « Johnny and Jones », duo jazzy du camp hollandais de Westerbork ; le compositeur tchèque Rudolf Karel, dont la dernière oeuvre fut écrite sur du papier hygiénique au moyen d’une écharde noircie de charbon ; le Français Émile Goué, qui dispensa des leçons de solfège à ses camarades de l’Oflag de Nienburg-sur-Weser, le Polonais Jozef Kropinski, qui composa en secret plus de 400 chansons en 1944, caché dans le camp de Buchenwald…

De Prague à Cracovie, de Rome à Paris, voici une course contre l’oubli, où chaque note sonne comme un défi à l’oppresseur. Un pan entier de l’histoire de la musique, jusqu’ici laissé sous silence, se dévoile au fil des pages et des partitions du Maestro de Barletta.

Thomas Saintourens – Le maestro, à la recherche de la musique des …

Francesco Lotoro a 49 ans. On le surnomme le Maestro. Pianiste et compositeur hors norme, Francesco vit à Barletta, dans le sud de l’Italie. Épaulé par son épouse et entouré de son “Orchestre de musique concentrationnaire”, il redonne voix aux musiciens oubliés. Pas n’importe lesquels : ceux qui furent déportés, emprisonnés, et qui souvent moururent dans les camps d’internement nazis.

Avec plus de 4000 partitions déjà retrouvées en plus de 20 ans de recherches, il veut faire vivre cette musique écrite là où la création artistique était acte de résistance, là où la mort était la compagne de chaque jour, là où la vie ne tenait qu’à un fil. Une musique écrite clandestinement par des prisonniers de toutes origines, de toutes religions, dans l’une des périodes les plus sombres de l’Histoire entre 1933 et 1945.

En les interprétant aujourd’hui, Francesco Lotoro, le Maestro, veut libérer ces musiques emprisonnées, ainsi que l’âme et l’esprit de tous ceux qui les ont composées. Plongé dans une mission solitaire, à la portée universelle, Francesco Lotoro réveille un pan entier de l’histoire de la musique jusqu’ici passé sous silence.

Le Maestro. Pour que vive la musique des camps. Un film d’Alexandre …

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Communication de madame Danielle Donet-Vincent, historienne, à Philippe Poisson, gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

Cher Monsieur,
Si nous sommes loin de la Justice et des peines judiciaires avec le Maestro Lotoro, sa démarche peut néanmoins intéresser tous ceux qui se sont penchés sur l’enfermement. Avec Lotoro, le musicien à l’origine du projet, ce sont des voix d’innocents arbitrairement détenus – avant d’être exterminés- pour des raisons raciales et/ou politiques qui nous parviennent et qui nous disent, par mélodies interposées, la persistance de l’être humain dans l’horreur des camps de la Seconde Guerre Mondiale. 
Peut-être pouvez-vous faire circuler cette information.?
D’avance, je vous en remercie.
Bien cordialement
Danielle Donet-Vincent

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *