Pierre Chommeliz, faux-monnayeur du désastre, au milieu du XVe siècle

La vie criminelle de Pierre Chommeliz, habitant du pays de Velay, révélée par une lettre de grâce délivrée par Charles VII en 1449, met en lumière les mécanismes par lesquels le faux-monnayage médiéval s’insinuait dans une société meurtrie par les opérations militaires de la fin de la guerre de Cent Ans. Prisonnier évadé à la date de sa grâce, Pierre Chommeliz avait subi d’intenses informations criminelles avant de trouver refuge auprès d’un proche de la Cour des Valois, lequel lui permit de rencontrer avec bonheur la miséricorde souveraine. À suivre l’archive, le sinistre qu’il avait subi des soldats qui écorchaient les campagnes expliquait ses méfaits de contrefacteur. De victime, il était devenu coupable par l’alchimie d’une étrange imitation criminelle. Déterminée par le contexte guerrier, écrasée par la destruction du patrimoine personnel, la vie de cet homme n’était-elle qu’un fétu de paille balloté par les malheurs du temps ? Le document, exceptionnellement détaillé en raison de l’existence d’une enquête menée contre le suppliant, dévoile les sources médiévales d’une déviance menant au crime, lui-même relaté avec acuité. La trajectoire suivie par Pierre Chommeliz apparait donc comme une occasion exemplaire de reconstituer les usages des bandes de faux-monnayeurs de la fin du Moyen Âge. Toutefois, le récit de ses mésaventures, particulièrement appuyé par la rhétorique de la Chancellerie de France, autorise une autre lecture. Instrumentalisée par la mise en sujétion monétaire entreprise par le Valois dans la décennie 1440, l’écriture judiciaire de la vie criminelle de Pierre Chommeliz dresse une justification hasardeuse de ses agissements. Trempée dans l’encre du désastre, cette écriture tente de souligner la gravité des faits tout en les associant à une autre gravité – les malheurs du temps – afin de rehausser simultanément le pouvoir de grâce et le cas réservé, en minimisant in fine le crime…

Lire la suite de cet article de Pierre Prétou sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...