Meurtres à la Une : Figures du criminel dans la presse française de la fin du XIXème siècle

Le Crime de vert, 1898, P. 126. Coll. privée P. Piazza

À partir du dernier tiers du XIXe siècle, avec l’essor de la presse à grand tirage et à petit prix, le fait divers devient en France un objet médiatique omniprésent, obsédant. Il investit la Une d’une multitude de journaux dont les gravures placent sous les yeux du plus grand nombre de nouvelles représentations du criminel, contribuant ainsi à en construire et matérialiser les contours par la valorisation d’images dramatiques, effroyables et morbides.

Cette iconographie foisonnante influe directement sur les perceptions de la figure du criminel. Elle le représente souvent de manière très détaillée et sensationnelle au moment de l’accomplissement de son acte fatal pour donner à voir l’horreur de ses gestes, ses modes opératoires, les armes qu’il mobilise, les lieux du drame où il a sévi, son aspect physique, sa personnalité, ses mobiles, etc. Ces mises en scène visuelles particulièrement spectaculaires visent à séduire un large lectorat en suscitant la curiosité, la fascination, l’indignation ou encore l’effroi.

Par ses illustrations au format imposant, la presse de masse contribue à véhiculer et à alimenter un imaginaire, des stéréotypes, des fantasmes, des récits moralisateurs, mais aussi des discours sécuritaires. Ces derniers renseignent autant sur les inquiétudes et les préoccupations d’une époque face aux phénomènes de violence, de menace et de normalisation des comportements déviants que sur les entreprises d’instrumentalisation à caractère politique dont commence alors à faire de plus en plus l’objet l’enjeu de la lutte contre la criminalité.

Découvrir l’exposition.

Exposition conçue et réalisée par Pierre Piazza
Graphisme : Hervé Colombani
Crédit image : collection particulière de Pierre Piazza


Vous aimerez aussi...