Photographie : Eugène Richards montre le quotidien des laissés-pour-compte de l’Amérique

Lima, Ohio, Hôpital psychiatrique pénitentiaire, 1981. Ce prisonnier a choisi le surnom de « Tueur » en espérant intimider ses codétenus. Le chevreuil blessé fait partie du programme de zoothérapie de l’hôpital.
Lima, Ohio, Hospital for the Criminally Insane, 1981. An inmate calls himself « Killer » hoping that others will fear him. The injured deer was brought to the hospital as part of an animal therapy program.
Photo libre de droit uniquement dans le cadre de la promotion de l’exposition de Eugene Richards “The Run-On of Time” à l’Arche du Photojournalisme en 2017 au format 1/4 de page maximum.

Présentation en six clichés du travail d’un immense photographe américain, qui, depuis 30 ans, partage ses journées avec des toxicomanes, des prisonniers, des mutilés de guerre…

La première rétrospective à Paris consacrée à l’œuvre d’Eugène Richards est présentée actuellement à l’Arche du Photojournalisme, à la Défense, levant le voile en 160 images sur la société américaine, celle des plus démunis …

Pour en savoir plus lire le billet publié par Frédérique Chapuis le 28 novembre 2017 sur le site de Telerama


Vous aimerez aussi...