Les « amazones de la terreur » : Sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe

Parution du livre le 19 mars 2015 – Durant le dernier tiers du XXe siècle, de nombreuses femmes rejoignirent les rangs d’organisations politiques violentes comme la Fraction armée rouge allemande, les Brigades rouges italiennes ou Action directe en France. Certaines tuèrent. Les médias surpris de cette violence féminine les appelèrent «amazones de la terreur» et créèrent pour elles une nouvelle catégorie, celle de la «femme terroriste». Dans ce livre pionnier, croisant les mutations du militantisme de l’après-68 et l’essor de la deuxième vague féministe, Fanny Bugnon propose une réflexion de fond sur le sujet encore tabou de la violence politique des femmes et une étude sur les mouvements révolutionnaires radicaux qui offre des résonances très actuelles, en particulier avec l’engagement des femmes dans les attentats sur tous les fronts.

Fanny Bugnon – Les amazones et la terreur – YouTube

Extrait de l’introduction : Paris, cimetière du Père-Lachaise, le 18 mars 2006. Au milieu des drapeaux rouges, des femmes et des hommes de générations différentes se rassemblent, en ce jour anniversaire du début de la Commune de Paris, devant le mur des Fédérés. Ce n’est pourtant pas au soulèvement populaire de 1871 que l’on rend hommage, mais à Joëlle Aubron, décédée quelques jours plus tôt, à l’âge de quarante-six ans. Le nom de cette femme est associé à une autre expérience révolutionnaire, en armes elle aussi, mais de nature différente : celle d’Action directe, dont les activités s’étalent sur une période de huit ans, de 1979 à 1987. S’il ne s’agit là ni du premier ni de l’unique groupe à faire de la violence un outil politique dans la France de Valéry Giscard d’Estaing puis dans celle de François Mitterrand, il apparaît comme l’un des plus marquants de l’après-68. Aujourd’hui encore, les noms et les visages de plusieurs de celles et ceux qui firent le choix des armes au nom de la Révolution demeurent associés au nom d’Action directe.

Vingt ans avant cet hommage au mur des Fédérés, le visage de Joëlle Aubron ornait, aux côtés de celui de Nathalie Ménigon, les avis de recherche du ministère de l’Intérieur après l’assassinat de Georges Besse. En 2006, la mort de l’une de celles que la presse surnomma les «amazones de la terreur» ravive le souvenir des images du corps ensanglanté du P-DG de Renault, gisant sur un trottoir parisien un soir de novembre 1986. Revendiqué par Action directe, cet assassinat valut à Joëlle Aubron d’être condamnée en 1989 à la réclusion criminelle à perpétuité avec Nathalie Ménigon, Jean-Marc Rouillan et Georges Cipriani. Vingt ans plus tard, l’évocation de cet attentat considéré comme le plus spectaculaire d’Action directe n’a pas perdu de sa puissance dramatique. Ce souvenir est aussi celui du dernier assassinat revendiqué par l’organisation.

La mort de Joëlle Aubron sonne également le rappel des expériences révolutionnaires armées que la plupart des démocraties occidentales ont connues à compter de la fin des années 1960. En effet, en Allemagne, au Japon, en Italie, en Belgique, en Suisse, au Royaume-Uni ou encore en Espagne, en Grèce, au Canada ou aux États-Unis, mais aussi lors des guerres de décolonisation en Afrique et en Asie, tout comme face aux régimes autoritaires sud-américains, des femmes et des hommes ont, aux quatre coins du globe, fait le choix des armes pour porter les couleurs – «la» couleur pourrait-on dire, même si elle connaît des nuances : le rouge – de la révolution. L’implication de femmes constitue justement l’une des caractéristiques majeures de cette violence révolutionnaire qui s’inscrit dans la conflictualité socio-politique des années 1968 et dont les déclinaisons s’étirent jusqu’au milieu de la décennie 1990, au-delà de la chronologie généralement envisagée pour penser la révolution par les armes.

Fanny Bugnon, docteure en histoire

Revue de presse : L’historienne Fanny Bugnon revient sur le rôle et l’image des femmes dans les mouvements révolutionnaires qui, d’Action directe à la Fraction armée rouge, ont commis des actes violents. Les médias occultent souvent l’aspect politique de ces «femmes terroristes», en les considérant comme des furies perverses ou des amoureuses manipulées. La violence féminine inquiète et fascine à la fois. (Les Inrocks, avril 2015)

L’historienne Fanny Bugnon se penche sur la représentation caricaturale des femmes terroristes de l’après Mai 68 en France et en Allemagne. «Ils s’en prennent même aux femmes» : cette formule permet de barbariser l’ennemi, non respectueux des lois de la guerre, censée ne concerner que les hommes. La violence armée étant ainsi postulée consubstantielle de la virilité, le recours de femmes aux armes, comme leur violence, est perçue comme une transgression majeure des règles sociétales, des identités de genre, lequel relie féminité, passivité, victimisation. Ainsi s’explique qu’il ait fallu attendre ces dernières décennies pour que les sciences humaines et sociales s’appliquent à penser la violence des femmes, sujet, de plus, longtemps tabou de la réflexion féministe. L’étude dense et stimulante de Fanny Bugnon enrichit ces travaux en s’attachant essentiellement à la réception et à la représentation par les gouvernants et les médias français et allemands de la participation de femmes au terrorisme qui secoua l’Europe de l’après Mai 68. Une certitude s’impose alors : leur présence dans la Fraction armée rouge (Rote Armee Fraktion-RAF) comme dans Action directe (AD) signe la radicalisation de la violence révolutionnaire…

Leur non-respect serait symptôme de dérèglements psychologiques, confirmés par des psychiatres. Les voilà des êtres dénaturés pour avoir trahi féminité et maternité. Monstres, amazones de la terreur, furies, sorcières, pétroleuses… ces surnoms puisés dans l’histoire de la violence féminine – dite plus cruelle, plus sanguinaire que celle des hommes – attestent de la supposée «dénaturation» de leur «être-femme» ; ils mesurent aussi «l’angoisse du désordre social» qu’engendrerait l’explosion du genre. (Yannick Ripa – Libération du 7 mai 2015)

Fanny Bugnon | Pages personnelles Université Rennes 2

  • Editeur : Payot
  • Collection : Bibliothèque historique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *