Goualantes de la Villette et d’ailleurs (Émile Chautard)

« Les éditions l’Insomniaque proposent la réédition d’un ouvrage méconnu, issu de la plume d’un auteur oublié, consacré aux chansons parisiennes de la fin du XIXe siècle. L’entreprise quasi-ethnographique d’Émile Chautard méritait bien d’être tirée de l’oubli, tant par son contenu que par son auteur. L’ouvrage est complété par un avant-propos et un CD contenant plusieurs « goualantes » présentées dans l’ouvrage.

L’originalité de Goualantes de la Villette et d’ailleurs, initialement paru en 1929, tient dans le fait que l’observateur des apaches & gigolettes n’est ni un lettré en veine d’exotisme, ni un voyou se livrant à une autobiographie. Émile Chautard (1864-19..) est un prolétaire qui se présente comme un « écrivain-ouvrier », et que Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques qualifient d’« ouvrier typographe et linguiste » en 1932. Il est également l’auteur de La vie étrange de l’argot (1931), et d’un Glossaire typographique (1937). Membre de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France il est un vieil ouvrier typographe, ayant gravi tous les échelons de sa profession, et qui a, toute sa vie durant, fréquenté les bals de la capitale, puis s’est lié d’amitié avec « un mode un peu spécial » parmi lequel il note chansons et expressions argotiques. Sa carrière d’ethnologue des « bouges et milieux interlopes » est couronnée par la remise des palmes académiques des mains de Jean Zay en 1937″(…)

Lire la suite du  compte rendu de Jean-François “Maxou” Heintzen,  sur l’ouvrage d’Émile Chautard, Goualantes de la Villette et d’ailleurs  dans la revue Criminocorpus.