Les procès d’animaux en Lorraine (XIVe siècle-XVIIIe siècles)

21 décembre 2011

Philippe de Vigneulles rapporte dans sa Chronique un évènement insolite qui a lieu à proximité de Metz le 9 septembre 1512, confirmé par son contemporain, Jacomin Husson. Le bourreau de la ville pend ce jour-là un taureau sur le chemin menant à Sainte-Barbe, petite localité située à quelques kilomètres au nord-est de la cité. C’est le lieu même où, le 29 août précédent, l’animal devient « enragiés » et tue un homme avant d’être capturé. Ce qui rend cette affaire si singulière, c’est le fait que ce condamné d’un genre particulier est exécuté à l’issue d’un procès qui respecte scrupuleusement le rituel judiciaire habituellement appliqué aux êtres humains (cf. annexe 1). Il ne s’agit pas là d’un cas isolé, puisque les archives régionales livrent, en l’état actuel de la recherche, trente-quatre mentions relatives à des procès d’animaux, qui s’inscrivent dans une fourchette chronologique assez large, débutant vers le milieu du XIVe siècle et s’achevant dans le premier tiers du XVIIIe siècle. Cecorpus documentaire reste très probablement incomplet et susceptible d’être amendé au gré des trouvailles réalisées dans les dépôts d’archives locaux. Il invite à une réflexion s’inscrivant dans la longue durée, mais qui reste en l’occurrence celle d’un médiéviste, avec toutes les faiblesses que cela suppose quant aux développements concernant l’époque moderne. Il n’y a donc ici aucune prétention autre que celle de tenter de reconsidérer cet aspect de l’histoire judiciaire à l’aune des développements de la recherche sur les relations entre nature et culture…

Lire la suite de cet article de Laurent Litzenburger sur Criminocorpus.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , ,

Posté dans : Publications

Les commentaires sont fermés.


Carnets de recherche