Dans le secret des archives – Justice, ville et culture au Moyen Age (Maïté Billoré, Johan Picot)

Parution du livre le 25 avril 2014 – Cet ouvrage explore les archives sur l’ensemble du territoire de France et en extrait des documents inédits sur les thèmes de la justice, des sociétés urbaines et de l’histoire culturelle au Moyen Âge. Associant sources et commentaires, ces études sont appelées à servir de références méthodologiques et scientifiques.

Avec le soutien de l’université Jean-Moulin-Lyon 3 et de l’université de Poitiers.

Introduction (Fichier pdf, 374 Ko)

Table des matières (Fichier pdf, 226 Ko)

Sommaire : 

  • POUVOIRS, JUSTICES ET CRIMINALITE
    • Diversité des juridictions
    • Crimes, violences et châtiments
  • VILLES, TERRITOIRES ET CONTROLE SOCIAL
    • Activités et territoires urbains
    • Pauvreté et hospitalité urbaines
  • ETHIQUE, CULTURE ET REPRESENTATION
    • Morale et sensibilité religieuses
    • Culture et acculturation

Maïté Billoré est agrégée d’Histoire et docteur en Histoire et civilisation médiévale. Elle a été enseignante dans le secondaire pendant 13 ans, puis ATER d’Histoire médiévale à l’université d’Angers de 2002 à 2004. Elle est maître de conférences depuis 2005 à l’université Jean Moulin-Lyon III. Après une thèse menée sous la direction de Martin Aurell sur l’aristocratie normande et ses relations avec le pouvoir angevin fin XIIe-début XIIIe siècle, soutenue en décembre 2005, elle a consacré à ce thème plusieurs communications tout en élargissant son champ chronologique (de Guillaume le Conquérant à Henri III) et spatial (en passant la Manche). Ces dernière années ont été plutôt consacrées à l’analyse des différentes formes de contestation du pouvoir (contestations idéologiques, trahisons, complots, révoltes…) et leur répression, ce qui l’a amené sur le terrain de l’histoire judiciaire et à une réflexion sur la notion de « martyr politique ». Maïté BILLORÉ | Histoire, Archéologie, Littératures <br/>des mondes …

Billore Maite – Université Jean Moulin Lyon 3

Johan Picot, docteur en histoire médiévale de l’université Jean-Moulin-Lyon 3, membre de l’UMR 5607-Institut Ausonius-Bordeaux-Montaigne, consacre ses recherches à l’histoire de la lèpre, à l’expertise médicale et à l’histoire urbaine de la basse Auvergne.

Johan PICOT – Ausonius – Université Bordeaux Montaigne

Éditeur : PU Rennes

Collection : Histoire

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Johan Picot, docteur en histoire médiévale

Dernier article publié de Johan Picot dans la revue :   Abus de pouvoir et malversations à Ambert au milieu du XVIe siècle

Dès le xie siècle au moins, le royaume de France connaît le retour d’une maladie terrifiante et absente depuis plusieurs siècles : la lèpre. L’Auvergne n’est pas épargnée et en souffre dès le début du xiie siècle au plus tard. Le mal qui s’installe de manière endémique dans la région contraint alors les autorités locales (évêque, seigneurs, gouvernements urbains) à réagir pour encadrer et porter assistance aux malades ce qui se traduit, notamment, par l’installation d’un tissu charitable incarné par les léproseries ou « maladreries ». Devant la persistance de la maladie et en raison de son aspect contagieux, les sociétés médiévales cherchent ensuite à diminuer sa propagation. La prise en charge des personnes soupçonnées d’être atteinte de lèpre ou en voie de contracter la maladie relève, en basse Auvergne, d’un tribunal royal original et, semble-t-il, unique au sein du royaume de France : la Purge.

Les origines de cette juridiction sont obscures et il faut attendre le début du xivsiècle pour en saisir l’existence et le fonctionnement, c’est-à-dire lorsque la juridiction est créée ou officialisée par Philippe iv le Bel sous la forme d’un tribunal royal. Présidée par les consuls de la ville de Montferrand, la Purge a pour but la recherche, l’examen médical, le jugement, puis la mise à l’écart des lépreux résidant, notamment, dans le haut et le bas pays d’Auvergne… Pour en savoir plus sur http://criminocorpus.revues.org/3666


Vous aimerez aussi...