L’internement psychiatrique sans consentement

Hôpital Saint-Anne © Maxppp / IP3 PRESS/MAXPPP

L’article 66 de la Constitution stipulant que nul ne peut être détenu arbitrairement, le législateur, en 2011, a fini par faire intervenir vraiment le pouvoir judiciaire dans les procédures de traitement psychiatrique sans consentement.

L’article 66 de la Constitution stipulant que nul ne peut être détenu arbitrairement, le législateur, en 2011, a fini par faire intervenir vraiment le pouvoir judiciaire dans les procédures de traitement psychiatrique sans consentement. Le juge de la détention et de la liberté doit ainsi tenir une audience avec les intéressés dans les douze jours qui suivent le déclenchement de la procédure. 72 audiences, 10 patients : c’est le matériau du nouveau film de Raymond Depardon…

 Invité de l’émission LA MARCHE DE L’HISTOIRE  du mardi 28 novembre 2017

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de l’émission France Inter.fr

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. rémy.g dit :

    J’étais hier après-midi à Bourg en Bresse, devant le Centre Psychothérapique de l’Ain, à l’arrêt de bus. J’ai parlé à un jeune homme qui, les yeux rougis sortait de l’hôpital.
    Il m’a raconté qu’on lui a conseillé il y a un an d’aller au Centre, alors qu’il déprimait un peu. Une fois sur place on lui a dit qu’on le garderait pour une semaine mais un an plus tard il y était encore. (Il avait droit à une sortie pour le dimanche). Lorsqu’il protestait contre sa « détention » jusqu’à 6 infirmiers le couchaient au sol, lui donnaient une piqûre qui le faisait dormir pendant 2 jours. Du coup personne n’ose dire à l’extérieur ce qui se passe à l’intérieur de peur de subir le même type de « traitement ». Il m’a dit qu’on pouvait consommer librement du cannabis au sein de l’établissement. Il m’a raconté qu’un autre malade s’est fait –je cite- « défoncer le cul » ce qui avait conduit à des points de suture.
    Ce témoignage d’UNE SEULE PERSONNE, désespérée de voir que tout le monde ferme les yeux m’a bouleversé.
    On entend souvent dire que les hôpitaux psychiatriques manquent de moyens. La vérité est qu’il y a tellement de personnes qui y sont admises et qui n’ont rien à y faire, comme ce jeune homme, que le personnel est débordé et que des dérives inadmissibles sont constatées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *