Crimes nazis : le massacre d’Ascq sort de l’oubli

         Suspect n°1. A la barre, le lieutenant SS Walter Hauck, qui a donné l’ordre de rafler les habitants d’Ascq. SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE VILLENEUVE D’ASCQ ET DU MÉLANTAIS

En 1949, la France a condamné le sergent Karl Münter à la peine de mort par contumace pour sa participation au massacre d’Ascq (Nord), cinq ans plus tôt. La justice allemande l’a retrouvé.

C’est un massacre peu connu. Un cauchemar englouti par le temps. Dans la nuit du 1er au 2 avril 1944, 86 hommes de 15 à 75 ans furent exécutés à Ascq, près de Lille. Cinq ans plus tard, un tribunal militaire français déclarait coupables de cet assassinat collectif et condamnait 17 SS de la division Hitlerjugend (« Jeunesse hitlérienne »), parmi lesquels le sous-officier Karl Münter.

Mais ce dernier n’était pas sur le banc des accusés: ni vu ni connu, le sergent Münter avait repris le fil de sa vie en Basse-Saxe, dans la petite ville de Nordstemmen, près de Hanovre. Jusqu’au jour de janvier 2016 où des policiers, accompagnés par un procureur, sont venus perquisitionner sa maison et l’interroger sur cette tragique nuit du printemps 1944…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Anne Vidalie, le 10 novembre 2017 sur le site de l’Express.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *