Abus de pouvoir et malversations à Ambert au milieu du XVIe siècle (Johan Picot)

« Dès le XIème siècle au moins, le royaume de France connaît le retour d’une maladie terrifiante et absente depuis plusieurs siècles : la lèpre. L’Auvergne n’est pas épargnée et en souffre dès le début du XIIème siècle au plus tard. Le mal qui s’installe de manière endémique dans la région contraint alors les autorités locales (évêque, seigneurs, gouvernements urbains) à réagir pour encadrer et porter assistance aux malades ce qui se traduit, notamment, par l’installation d’un tissu charitable incarné par les léproseries ou « maladreries ». Devant la persistance de la maladie et en raison de son aspect contagieux, les sociétés médiévales cherchent ensuite à diminuer sa propagation. La prise en charge des personnes soupçonnées d’être atteinte de lèpre ou en voie de contracter la maladie relève, en basse Auvergne, d’un tribunal royal original et, semble-t-il, unique au sein du royaume de France : la Purge. »(…)

Lire dans la revue Criminocorpus la suite de l’article de Johan Picot présentant l’édition de l’information de 1542 disponible dans la collection « Justice et police avant 1789 » de la bibliothèque du Musée.