L’assassinat du duc d’Enghien

Plaque commémorative du bicentenaire de la mort du duc d’Enghien, sur la stèle se trouvant dans les fossés du Château de Vincennes.

Repères, archives, invités pour conter les petites et grandes histoires des hommes et des femmes qui ont fait l’Histoire !

Jean TULARD, Membre de l’institut de l’Académie des sciences morales et politiques et professeur émérite à la Sorbonne, spécialiste incontesté de Napoléon

Jean-Marie ROUART, Romancier essayiste biographe, chroniqueur

Pour écouter le document sonore du 5 août 2013 « Au cœur de l’histoire » sur le site de l’émission Europe1.fr

Bonaparte & le duc d’Enghien (1804) Première République – YouTube

________________________________________________________________________________________________________

Parution du livre le 16 avril 1986 – Nul n’ignore l’histoire de Louis-Antoine-Henri de Bourbon, duc d’Enghien, petit-fils du grand Condé, qui oscilla entre la fidélité au roi de France et son ralliement à la Fronde des princes, fils de Louis-Joseph de Bourbon, qui, après la chute de la Bastille, fut l’un des chefs de l’émigration. Soupçonné (à tort ?) d’avoir été le commanditaire de deux complots (celui de Cadoudal et celui de Pichegru), Bonaparte le fit enlever dans la nuit du 15 au 16 mars 1804 et traduire en conseil de guerre. Le duc d’Enghien fut fusillé le 21 mars dans les fossés de Vincennes. C’est avec passion que Paul Lombard relate l’histoire du petit-fils du grand Condé. C’est en grand maître du barreau qu’il reprend une à une toutes les pièces de ce procès sommaire qui indigna l’Europe.

Éditeur : Grasset (16 avril 1986)

Parution du livre le 22 août 2016 – L’exécution du duc d’Enghien, un vrai prince et un vrai soldat, a fait couler beaucoup d’encre ; ce drame ne peut laisser personne indifférent et la mort de ce jeune homme, si loyal et si courageux, demanderait à être tout à fait éclaircie. Bonaparte a-t-il été mal servi par des subordonnés trop zélés ? Bonaparte a-t-il voulu établir son pouvoir personnel en sacrifiant un Bourbon ? Le jeune Duc a-t-il le droit de dire à ses juges : « Regardez-moi, je suis un Bourbon ! c’est vous qui avez pris les armes contre moi ! »

Noëlle DESTREMAU qui s’est penchée sur la vie de la jeune Madame Elisabeth, sœur du Roi, et aussi sur les journées révolutionnaires essaie aujourd’hui de faire revivre avec objectivité cet épisode douloureux de notre Histoire à l’aide de documents très sérieux.

Ces pages apporteront au lecteur la vérité sur le drame de Vincennes et elles sont suivies d’une brève esquisse de la vie de Louise Adelaïde, la dernière des Condés, la sainte et charmante tante du jeune Duc.

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 2752 KB
  • Nombre de pages de l’édition imprimée : 88 pages
  • Éditeur : Frédérique Patat
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.

Parution du livre le 1er juin 2001 – Enlevé à l’étranger et condamné lors d’un procès inique voulu par Bonaparte, le duc d’Enghien est l’un des personnages mythiques de l’histoire de France. A l’aube du 21 mars 1804, il s’écroule, foudroyé par le feu d’un peloton d’exécution. Le descendant du Grand Condé rêvait de rétablir la monarchie. Il donne, sans le vouloir, un empereur à la France.

Le duc d’Enghien n’est pas seulement l’acteur malheureux d’un drame politique. Hussard, il est le général « Va-de-Bon-Coeur » aux talents reconnus par les soldats de l’an II, ses ennemis. De Milan à Coblence, de Vienne à Saint-Pétersbourg, il est l’homme de cour aux mille conquêtes. Touriste intrépide, il parcourt les glaciers et escalade les Alpes. Passionné par les sciences naturelles, ethnologue à l’occasion, amateur de Gluck et de Mozart, il est homme des Lumières, curieux de toutes choses. Politique, il comprend que les changements de la Révolution sont en grande partie irréversibles. Inquiet, parfois jusqu’à l’angoisse, il partage avec les héros de Chateaubriand et de Musset le mal du siècle que seule Charlotte de Rohan-Rochefort sait apaiser.

Tout en démêlant les fils d’un destin tragique tissé par la raison d’Etat et la déraison des hommes, Jean-Paul Bertaud nous entraîne à la suite du dernier chevalier de la France des rois, de la douceur de vivre de Chantilly aux fureurs parisiennes du 14 juillet, de Jemmapes à la bataille de Zurich, et des cazins de Turin aux isbas russes.

Jean-Paul Bertaud, professeur émérite en Sorbonne (Paris-I), est un spécialiste reconnu de l’histoire de la Révolution et de l’Empire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *