L’horreur de la colonisation les mains coupées du Congo

AU TOURNANT DU XXE SIÈCLE, LA PRESSE INTERNATIONALE RÉVÈLE LES ATROCITÉS COMMISES AU CONGO BELGE PAR LES AGENTS DE LÉOPOLD II, SOUVERAIN DU PAYS DEPUIS 1885. L’OPINION EST SCANDALISÉE.
 
          Yakomas au Congo belge, agence Meurisse, 1911 – source : Gallica-BnF

Le 30 avril 1885, Léopold II, roi des Belges, réalise enfin son rêve. Il vient de prendre le contrôle de l’État indépendant du Congo (EIC), devenant ainsi le maître absolu d’un pays de 2,5 millions de km². Pays dont les frontières ont été créées de toutes pièces l’année précédente au cours de la conférence de Berlin, consacrée au partage de l’Afrique centrale entre les puissances occidentales participantes.

Léopold, qui s’est vu attribuer le Congo en son nom propre (et non en celui de la Belgique), se prévaut d’une mission civilisatrice et humanitaire. Il modernise la région, développant des infrastructures, favorisant le commerce et l’agriculture, fondant des villes. En parallèle, il fait main basse sur les richesses locales, notamment le caoutchouc, s’arrogeant dès 1891 le monopole de son exploitation…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 12 décembre 2017 par Pierre Ancery sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...