Entre flics et voyous, le roman noir du 36. (Infrarouge France 2 – 23 janvier 2018)

Depuis la rentrée, Marie Drucker anime le rendez-vous prisé de la case documentaire « Infrarouge ». Proposant toujours un regard novateur et exigeant sur une diversité de sujets, les documentaires Infrarouge sont désormais ponctuellement suivis d’un espace de débats et de discussions, afin de pouvoir répondre aux interrogations des téléspectateurs et à leur l’envie d’en savoir plus.

En septembre 2017, après plus de 100 ans au 36 Quai des Orfèvres, la police judiciaire parisienne a quitté son siège historique pour le 36 rue du Bastion. À cette occasion, un retour s’impose sur l’épopée du 36, ses moments fondateurs, ses histoires de flics et de voyous, ses avancées ,médico-légales. Et certaines destinées humaines hors normes qui l’ont façonné. Une plongée fascinante dans les pages de ce roman noir qui a irrigué le roman national et accouché d’une mythologie.,

Mardi 23 janvier 2018 à 23h15,  « Entre flics et voyous, le roman noir du 36. Infrarouges, France 2, 52′ inédit.

NOTE D’INTENTION
Olivier Lemaire et Rachel Kahn

La mythologie du 36 Quai des Orfèvres commence avec Georges Simenon. Au début des années 1930 il imagine un nouveau personnage de roman sous les traits d’un commissaire de police. Le patron de la Crim’ de l’époque trouvant le portrait bien peu réaliste et trop fade, invite l’écrivain à venir observer comment travaillent les flics du 36.

Le résultat sera la fusion de deux grands flics que l’écrivain a pu observer et s’incarnera dans la silhouette massive de Maigret. L’imagerie et la mythologie du 36 quai des Orfèvres sont nées. Le public commence à se passionner pour Maigret et les polars, pour l’univers du crime et de la police. Dès lors, la figure du flic ne cessera jamais de fasciner le public et les créateurs, qui continueront à irriguer la littérature et le cinéma du policier/héros, en faisant évoluer cette mythologie et cette esthétique.

Nous proposons de plonger dans l’univers du flic du 36, à travers les cinq grandes périodes de l’histoire de la PJ, toutes liées à des grandes avancées de la criminologie, elles-mêmes liées à de grandes affaires criminelles, emblématiques de la célèbre adresse.

Depuis plus de 100 ans (1913 : date de création de la Police Judiciaire au 36 Quai des Orfèvres) et à chaque grande période, la figure du flic change. Il a du adapter son quotidien, ses méthodes et techniques d’enquêtes à chacune des évolutions du banditisme. Ces évolutions traduisent à chaque fois les mutations, les soubresauts et les dérives de la société. Raconter l’histoire du 36, c’est donc un peu raconter l’histoire de la société française au 20ème siècle.

Seule l’adresse reste la même tout au long des décennies, se décrépissant et créant petit à petit sa légende, sa mythologie. On représente ce flic dans de nombreux films et de nombreux livres qui restituent l’univers crasseux de la Crim’ et le quotidien chaotique de ces hommes et de ces femmes.

LES GRANDES PÉRIODES

Avant Guerre (La bande à Bonnot en 1913, Brigades du Tigre, voyous et bandes qui roulent pour leur compte) : Au début du 20ème siècle la criminalité augmente dans des proportions d’autant plus inquiétantes qu’une délinquance nouvelle profite du progrès technique et fait échec à une police archaïque dont les méthodes et le matériel ont peu évolué depuis Vidocq. On l’équipe en armes et voitures pour pouvoir poursuivre les bandes de malfrats et Alphonse Bertillon invente l’identité judiciaire.

Guerre/Après guerre : Ce sont les années « Maigret », ou plutôt celles du commissaire Marcel Guillaume, dont s’est librement inspiré Georges Simenon pour créer son personnage. Imper, cravate et chapeau sont de rigueur. Pas de poursuite automobile, ni de coup de feu, mais des enquêtes cérébrales basées sur la psychologie des assassins.

Années 70 – 80 : Qu’ils soient flics ou voyous, tous portent le blouson de cuir et conduisent à tombeau ouvert dans les rues de Paris, n’hésitant pas à défourailler. Le banditisme s’organise et se politise (attentats liés à la guerre d’Algérie, enlèvements de grands patrons), la délinquance idéologique arrive avec les attentats et les enlèvements qui tous s’appuient sur une contestation par la violence du système en place. Ce phénomène entraine la création de brigades de choc pour intervenir sur des sites très sensibles et dangereux. Le flic d’élite ultra performant fait son apparition au 36. Ce sont des élites de combat surentraînées, ultra perfectionnées prêtes à jaillir du 36 à tout moment. Plus on avance dans le temps et plus on pense le système policier comme une arme ultra performante.

Années 90 : Les tueurs en série. Les flics du 36 sont passés une première fois à côté de Guy George, arrêté par eux et relâché. Ce n’est que grâce à une méthode d’identification judiciaire généralisée en fichiers qu’ils ont pu traquer et retrouver le meurtrier. La police scientifique connaît un essor impressionnant. Les flics de la scientifique prélèvent, mesurent, analysent, bref, la science se met totalement au service de la police.

Années 2000/2010 : Années marquées par le terrorisme et le développement de réseaux internationaux. La lutte antiterroriste et la prévention des attentats deviennent une préoccupation quotidienne pour les équipes du 36. Vêtus de l’ensemble noir – casque, cagoule et combinaison – ses membres se tiennent prêts à intervenir à tout moment. Les réseaux numériques deviennent à leur tour des auxiliaires des flics du 36 qui se muent en geeks chevronnés.

Aujourd’hui le 36 déménage. La PJ plus précisément. Ce déménagement est l’occasion de revenir sur la figure centrale de la police judiciaire, celle autour de laquelle tant de créateurs ont bâti leurs histoires : le flic.

Des filatures de nuit aux interrogatoires, des pourris aux grands commissaires, des collabos aux serial-killers, la mythologie du flic du 36 nous accompagne depuis toujours. C’est cette histoire que nous allons raconter.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *